En images

visuel

À force de persévérance, les militants de l’antenne du Nord de la Fédération française des motards en colère (FFMC 59) ont fini par obtenir gain de cause : ils vont avoir la peau des gabions installés en plein centre de l’avenue Roger Salengro à Calais (62), sur une longueur de 800 mètres.

Séparateurs de chaussée dangereux
Une installation de séparation de chaussée saillante, surmontée d’une plate-bande fleurie, dangereuse pour tout motard qui viendrait à glisser puis chuter : il risquerait se faire très mal en heurtant notamment le grillage anguleux, les tiges de métal saillantes et les pierres. Ce qui était considéré comme esthétique par la mairie, a valu une manifestation des militants des antennes FFMC 59 et 62, puis un Casque d’Ane décerné par Moto Magazine dans son édition n°332 de novembre 2016.

Le site de Nord Littoral nous a appris, en avril dernier, que la FFMC 59 avait obtenu gain de cause : « la ville de Calais va enfin modifier ses installations », se réjouissait Pierre Thouvenaud, ex-membre de la FFMC du Nord, qui a rencontré les élus calaisiens pour aborder le sujet début avril.

Tôle déformable
« Les gabions vont être remplacés par des bacs à fleurs construits avec une tôle déformable », ajoute le motard. Les bacs doivent également être « beaucoup plus visibles » selon le motard qui jugeait les gabions « dangereux et difficiles à anticiper ».

L’installation devrait être remplacée « au plus tard fin juillet 2017 », a confirmé à Nord Littoral la mairie de Calais, par la voix de son directeur du service des espaces verts, Éric Bouton. « Nous allons les démonter pour mettre des jardinières moins larges. Nous avons présenté le modèle aux représentants des motards qui ont bien accueilli la décision. »

« C’est évidemment une bonne nouvelle, commentait Pierre Thouvenaud, toujours sur Nordlittoral.fr. Nous avons pu discuter pour trouver la meilleure solution. »

À lire dans Moto Magazine

- Achetez Moto Magazine n°332, en vente dans la boutique en ligne.

- Chaque mois, la rédaction décerne un Casque d’Ane à une collectivité locale pour dénoncer une infrastructure routière dangereuse pour les motards. Pour ne pas les rater abonnez-vous en ligne.

Publicité
Publicité