Certes, les performances des différentes motos engagées restent très hétéroclites (la Suzuki GSR du vainqueur a été chronométrée a plus de 270 km/h !), les plus rapides tournant 10s plus vite que les derniers aux classements. Mais plus que les chronos, c’est surtout l’esprit qui se dégage de cette course de 3h qui séduit.

En effet, on retrouve sur la piste nombre de mécaniciens, chronométreurs et autres « petits personnels » officiant dans les équipes engagées au Bol d’Or. Mais pas seulement, à l’image de Christophe Michel et Cyril Huvier, vainqueur de ce Bol d’Argent (ici en photo), que l’on retrouve au guidon de la fameuse Metiss au train avant triangulé se disputant le titre en catégorie « Open » sur l’épreuve reine.

Un succès grandissant pour ce Bol d’Argent, qui pourrait devenir une véritable antichambre de l’Endurance moto. Une réussite qui incite certaines grosses structures de pointe à lorgner sur ce mini événement. Seul bémol, la programmation de la course le vendredi après-midi, devant des gradins pratiquement vides.

Publicité

Commentaire (0)

Publicité