Des informations personnelles sur les cartes grises seraient vendues à des entreprises commerciales. Selon le site d’information lefigaro.fr, le ministère de l’intérieur, détenteur de ces données stockées dans le SIV (service d’immatriculation des véhicules), vendrait à des entreprises commerciales quelques informations fort utiles.

Infos en promo
Concrètement, moyennant quelque menues monnaies, des services marketing peuvent connaître le nom du possesseurs du certificat d’immatriculation, quel type de véhicule il utilise et, bien sûr, son adresse. Il ne leur reste plus qu’à envoyer dans les boîtes aux lettres des tracts promotionnels pour des pièces détachées, pneus, ou quel qu’autre produit à vendre…

De quel droit ?
Mais le ministère de l’Intérieur ne se permet de vendre ces informations que si vous lui avez donné votre accord. Et c’est au moment des formalités administratives qu’il faut être attentif.

Lorsqu’un conducteur remplit sa demande de carte grise en préfecture, il donne les informations habituelles. Mais avant d’apposer sa signature, il a la possibilité de cocher la case : « Je m’oppose à la réutilisation de mes données personnelles à des fins de prospection commerciale ». Si le signataire omet de cocher, l’État considère qu’il consent à voir sa boîte aux lettres inondée de prospectus. Soyez vigilant !

Pas nouveau
Ce système fonctionne en réalité depuis longtemps, précise lefigaro.fr. Auparavant, ces informations étaient gérées par l’Association auxiliaire de l’automobile (AAA). En contrepartie elle était autorisée à les utiliser auprès des constructeurs automobiles. Depuis 2007, c’est le ministère de l’Intérieur qui gère ces données via l’Agence nationale des titres sécurisés et, pour avoir de nouvelles ressources, les revend.

Money talk
De telles informations, disponibles en grand nombre, doivent valoir de l’or. A l’heure actuelle, le ministère de l’Intérieur refuse de communiquer le « chiffre d’affaires ». « Trop tôt pour le dire », tel est l’argument. Ou trop gros pour le dire ? On peut se le demander…

(Source : lefigaro.fr )

Publicité
Publicité