En images

Can-Am Spyder : passager Can-Am Spyder : instrumentation Can-Am Spyder : tenue de route Can-Am Spyder : moteur Can-Am Spyder : freinage Can-Am Spyder : finition

Moteur
- Le V-twin Rotax 1000 cm3, qui motorise nombre d’Aprilia, dispose de profils de cames assagis et d’un bas moteur revu et renforcé et la boîte a sacrifié sa 6e au profit d’une marche arrière.
- Le bouilleur accepte les bas régimes et reprend avec force dès 3000 tr/min en 5e. Si les vibrations sont bien filtrées par les silentblocs, en été, la chaleur que dégage le radiateur met le pied droit en zone rouge. Surtout quand le ventilateur s’enclenche.

Châssis et comportement
- Le Spyder, équipé d’un train avant de 1,51 m de large, a besoin d’espace pour se dévoiler. Stablisé à 90 km/h et 4000 tr/min, il montre de réelles aptitudes routières. La protection de la petite bulle est correcte et le confort des suspensions appréciable. Les nouvelles sensations promises par le constructeur viennent surtout de la direction, dont la vivacité rappelle celle d’un quad, la rigueur en plus.

Enchaînement de courbes, accélérations de sportive... la machine confirme sa tenue de cap irréprochable en virant parfaitement à plat. Force centrifuge oblige, il faut prendre une part active dans le pilotage en se déhanchant vers l’intérieur.
- Mais les trajectoires tirées au cordeau doivent moins à la gestuelle qu’à l’entrée en action des divers dispositifs électroniques de stabilisation. Oubliez la glisse type rallye ou side-car, l’antipatinage veille au grain !

Conclusion
- « Nous avons conçu le Spyder comme une auto qui se prendrait pour une moto », résume Mihai Rasidescu, le responsable du département R&D. Quitte à amputer le potentiel sportif de ce roadster hors normes, au nom de la sécurité et de l’accessibilité au plus grand nombre.

Pari gagné question stabilité, même si du coup le concept hésite entre sport et GT. L’électronique, atout au quotidien et en grandes courbes rapides, est frustrante dans les lacets.
- D’un prix équivalent à celui d’un side, le Can-Am ne permet pas le transport d’un enfant en bas âge et son coffre avant de 44 litres ne suffit pas pour voyager. Qu’importe : gageons que l’achat d’un tel véhicule ne se fera pas uniquement sur des critères rationnels.

Infos en plus
Publicité