En images

visuel visuel visuel visuel visuel

« Sur circuit 100 % passion, sur la route 100 % raison », tel est le slogan ornant l’affiche apposée à l’entrée de vingt circuits automobiles et motocyclistes français, fruit d’un partenariat entre le Groupement national des circuits automobiles, centres d’essais industriels et professions associées (GN CACEIPA) et la Direction à la sécurité et à la circulation routières (DSCR) du ministère de l’Intérieur.

Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, et Jean-Pierre Mougin, président du GN CACEIPA, ont signé cette convention le 2 novembre dans l’enceinte de l’emblématique circuit Carole (Seine-Saint-Denis), mettant en place cet affichage permanent de sécurité routière.

Espaces privés
Les circuits automobiles ou motocyclistes sont des espaces privés réglementés par
les fédérations respectives dans le cadre du Code du sport. Chaque année, ils accueillent des centaines de milliers de spectateurs passionnés de mécanique et de vitesse, à l’occasion de grandes compétitions (24 heures du Mans, Bol d’or, Grand Prix de France…). Ces pistes servent aussi à des activités de loisir, à des actions de
formation ou encore de centre d’essais.

Une pratique formatrice
Depuis des années, nombre d’acteurs de la moto s’accordent à penser que pratiquer la moto comme un sport, sur une piste dédiée sans obstacles et sans véhicule tiers, constitue un loisir qui comporte certaines avantages en termes de sécurité routière : « Le circuit est un lieu où l’on peut exprimer sa passion pour la vitesse », explique Christophe Guyot, fondateur de l’équipe de course GMT 94 et initiateur, avec la Mutuelle des Motards, de l’opération Journées Open sur piste. « Accueillir les motards, leur proposer de rouler vite le week-end contribue à ce qu’ils adaptent leur comportement sur la route ».

Et si… on installait des Carole partout ?
La Sécurité routière du gouvernement accepte donc cette idée pédagogique et la cautionne même en s’installant, via ces affiches, sur les lieux de la pratique. On aimerait que le gouvernement aille plus loin, en favorisant partout en France l’installation de complexes qui, copiant Carole, s’ouvriraient gratuitement aux motards durant 26 week-ends par an. Utopique, d’après Emmanuel Barbe… « Si l’on peut encourager les collectivités territoriales à ouvrir d’autres circuits, tant mieux, répond-t-il. Mais dans le contexte économique actuel, estimons déjà qu’on a de la chance d’avoir celui-ci ».

L’ancien président de la Fédération française de motocyclisme (FFM), Jean-Pierre Mougin, qui connaît bien le sport moto de vitesse en France, apporte un commentaire : « Des actions de formation sont menées régulièrement sur les circuits français membres du GN CACEIPA. Mais il y a des contraintes économiques ».

Alors, contentons-nous d’une campagne de communication… L’affiche « Sur circuit 100% passion, sur la route 100% raison » sera installée en permanence, à partir du 1er janvier 2017, aux entrées et sorties des 20 circuits des membres du GN CACEIPA :
- circuit des Écuyers (02)
- circuit du Bourbonnais (03)
- circuit du Pôle mécanique des Ardennes (08)
- circuit de Haute-Saintonge (17)
- circuit de Dijon-Prenois (21)
- circuit du Pôle mécanique d’Alès (30)
- circuit de Chenevières (54)
- circuit Croix-en-Ternois (62)
- circuit Charade (63)
- circuit d’Issoire (63)
- circuit Pau-Arnos (64)
- circuit de l’Anneau du Rhin (68)
- circuit de Bresse (71)
- circuit des 24 Heures du Mans (72)
- circuit La Ferté-Gaucher (77)
- circuit Trappes Évolution (78)
- circuit Paul Ricard (83)
- circuit du Var (83)
- circuit de Fontenay-le-Comte (85)
- circuit Carole (93).

La formation post-permis bientôt favorisée
Quant à la formation, il semble que l’idée de modules post-permis complémentaires, tel le stage de perfectionnement de l’Association pour la formation des motards (AFDM), fasse son chemin. « La loi Justice du 21e siècle contient un article qui autorise une période probatoire plus courte aux novices de la conduite qui suivraient une formation post-permis », souligne Emmanuel Barbe. Il ne reste qu’à signer les décrets d’application.

Publicité
Publicité