En s’alliant aux Verts à l’approche du second tour des élections, prévu ce dimanche 28 juin, Anne Hidalgo laissait peu de place au doute. La maire de Paris, candidate à sa propre succession, vient de clarifier sa position sur la question du stationnement payant pour les 2-roues dans la capitale.
Lundi 22 juin sur l’antenne de BFM TV, elle indiquait : « Si nous sommes élus, nous lancerons les Assises du stationnement et cette question y sera posée. Personnellement j’y suis plutôt favorable bien sûr. »

Ecologie punitive
Anne Hidalgo aura donc fini par céder à cette proposition portée par les Verts depuis des années. Christophe Najdovski (EELV), son actuel adjoint aux transports, n’a cessé de pousser dans ce sens indiquant, dès 2016, qu’il fallait taxer le stationnement des motos thermiques afin de laisser l’avantage concurrentiel de la gratuité aux motos électriques, comme cela se pratique déjà pour les voitures. Si vous avez les moyens de vous offrir une Harley-Davidson LiveWire (33 900 €) ou une Zero SR F (20 970 €), vous pourrez donc stationner sans bourse délier.

Saturer un système déjà saturé
Pour David Belliard, candidat EELV (Europe écologie les verts) au premier tour des municipales à Paris (10,8 % des voix), il est temps de mettre fin à la gratuité du stationnement des 2RM. À ses yeux, ce « régime d’exception accordé pour encourager les automobilistes à circuler avec des véhicules plus petits » n’a pas donné un résultat convaincant. Sans doute ce résultat sera-t-il jugé plus convaincant lorsque les motards renonceront à leur 2-roues, faute de pouvoir stationner gratuitement, au profit de leur voiture (300 km de bouchons en moyenne chaque jour en Île-de-France) ou des transports en commun dont on sait qu’ils souffrent d’une « légère » saturation aux heures de pointe en IDF.

L’évolution des bouchons en Île-de-France selon Sytadin

David Belliard indiquait également dans un tweet « Parce que nos enfants doivent pouvoir dormir en toute tranquillité, nous devons nous saisir du problème du bruit des deux-roues motorisés. C’est une question de santé publique ! Pour diminuer leur nombre, nous mettrons fin au régime d’exception offrant le stationnement gratuit. »
Reste à comprendre par quel tour de passe-passe, M Belliard espère limiter le bruit des 2-roues motorisés en faisant payer ceux qui sont à l’arrêt, stationnés.
(Nous profitons d’ailleurs de cette occasion pour vous inviter à lire l’excellent billet de la FFMC sur la question du bruit des motos).

Conditions tarifaires à définir
Et si les « Assises du stationnement » auxquelles Anne Hidalgo fait référence n’ont pas encore eu lieu, nous avons déjà quelques idées de la tarification à laquelle nous serions soumis. Dans son programme de campagne, David Belliard tablait sur 35 millions d’euros de recettes annuelles pour la Ville. Les utilisateurs parisiens de 2-roues (120 à 150 000 selon les estimations) paieraient 30 € d’abonnement annuel pour ensuite accéder au tarif résidentiel de 1 €/jour. Les visiteurs paieraient pour leur part un « tarif normal ».
Une seconde hypothèse renvoie à une « étude confidentielle » que nos confrères du Parisien s’étaient procurée début 2019. Selon ce document les 2-roues seraient soumis au paiement au delà de la 9e heure de stationnement. Les tarifs évoqués sont beaucoup plus prohibitifs que ceux imaginés par David Belliard avec le quart d’heure de stationnement facturé 1,50 € dans les arrondissements centraux et 1 € dans les arrondissements périphériques.

À lire aussi
La FFMC PPC (Paris petite couronne) lance une pétition contre le stationnement payant.

Publicité