En 2016, en contrepartie de la fin de la limitation de puissance des motos à 100 chevaux, le gouvernement a instauré un nouveau bridage : tous les novices titulaires du permis de conduire A, quelque soit leur âge, ne peuvent conduire une moto d’une puissance supérieure à 35 kW (47,5 ch) pendant 2 ans. Ils peuvent conduire une machine bridée, à condition que la puissance nominale de la moto n’excède pas 95 ch.

On craignait que ce nouveau règlement ne nuise à un marché français de la moto et du scooter encore fragile après des années de baisse et de stagnation. Au moment du bilan de 2016, les importateurs se montrent finalement plutôt optimistes : la plupart considèrent au contraire qu’une nouvelle catégorie est ainsi en passe de se créer, et qu’elle génèrera des ventes, pour peu qu’ils soient à même de répondre à cette demande.

« Nous n’avons aucune crainte dans la durée par rapport à ce règlement, explique Jean-Luc Mars, DG de Triumph France. « L’annonce a été soudaine. Mais le fait que tous les novices soient logés à la même enseigne permet d’accéder à un potentiel de ventes plus important sur les véhicules bridés à 47,5 ch ».

Pour répondre à cette nouvelle attente, Triumph a ainsi récemment présenté une Street Triple S 2017 en version bridée à 47,5 ch, qui sera disponible en juin 2017. Avec un moteur de 660 cm3, alors que la Street Triple S « full » est mue par un 3-cylindres de 765 cm3.

Même longueur d’onde chez Suzuki France : « Cette nouvelle catégorie permet d’importer des machines de moyenne cylindrée, comme des 250 à 300 cm3 », souligne Guillaume Vuillardot, directeur commercial de Suzuki France. On a vu, il est vrai, des machines de ce type présentées lors des salons européens de Cologne et Milan en fin d’année 2017. Ainsi chez Suzuki, la 250 V-Strom et même la 250 GSX-R.

On enregistre cependant quelques voix discordantes chez les importateurs. « Ce n’est pas aussi simple : les motos qu’on peut brider ne doivent pas excéder 95 ch, répond Éric Antunes, président de KTM France. Si on a des modèles à 115 ch, on est gêné. Prévoir le nombre de motos à avoir en stock au niveau de chaque concession constitue un vrai casse-tête cette année ».

Il faudra attendre un exercice complet (l’année 2017) pour en avoir confirmation, mais déjà en 2016, les ventes n’ont pas pâti de cette extension du permis A2.

Dossier « Marché 2-roues » sur Motomag.com

- Euro 3, 100 chevaux… les explications à la hausse des ventes de 2RM
- Le marché français en chiffres
- Les ventes de BMW Motorrad en hausse depuis 6 ans
- 2016, année record pour Ducati dans le monde
- Husqvarna réussit une belle année 2016

Publicité

Commentaire (0)

Publicité