Neuf des quatorze radars automatiques fixes détruits durant la révolte des Bonnets Rouges, fin 2013 dans les Côtes-d’Armor, n’ont pas été réparés, relate Ouest France, le 9 mai.

Il y avait 26 radars fixes le long des routes costarmoricaines, avant que les Bonnets Rouges ne lancent la révolte contre l’écotaxe, en fin d’année dernière. Les manifestants s’en sont pris aux portiques de contrôle installés pour prélever cet impôt écologique, mais aussi aux radars automatiques contrôlant la vitesse, ce dispositif étant assimilé à une taxe.

Six mois plus tard, la grogne s’est calmée en Bretagne, même si les services de l’État ont enregistré vingt dégradations en trois mois sur les boîtiers flasheurs, une fréquence considérée comme plus habituelle.

Début janvier, le préfet Pierre Soubelet annonçait que tous les radars vandalisés seraient remplacés. Quatre mois plus tard, la réalité est différente…

Photo : http://www.bzho.com

Publicité

Commentaires (14)

Publicité