• Les poids-lourds, bus et autocars mis en service avant le 1er octobre 2001 (300 000 véhicules concernés) feraient enfin les frais de cette mesure.

Huit villes en test

Les huit villes qui ont souscrit au principe des zones d’action prioritaires pour l’air (Zapa), créées en 2010, pourraient tester cette mesure radicale. Il s’agit de Paris, Lyon, Bordeaux, Grenoble, Clermont-Ferrand, Aix-en-Provence, la communauté de communes de Saint-Denis et Nice. Les Zapa pourraient être instaurées dès 2012, et la phase de test durera trois ans. L’objectif du ministère de l’Ecologie est, par la suite, de généraliser ces Zapa à toutes les communes françaises, explique Le Parisien.

Mesure radicale

Il est encore trop tôt pour connaître les modalités d’application de cette mesure. Elle pourrait être mise en place de manière différente dans chacune des huit cités. Certaines pourront exclure un type de véhicules et pas un autre. Les communes définiront elles-même le périmètre d’application géographique de la mesure. Elles devront, par ailleurs, mettre en place le système de pastille qui serait collé sur chaque véhicule, en fonction de sa catégorie d’émissions polluantes, et permettrait aux policiers de dresser les amendes.

Cela risque de prendre un certain temps, même si l’environnement a le vent en poupe à tous les niveaux politiques, du gouvernement aux municipalités. Mais ce type de décision très politique grèvera assurément le budget des usagers en deux-roues, qui utilisent des véhicules de plus de 7 ans au quotidien, et devront soit trouver un autre moyen de transport, soit s’acquitter régulièrement d’une amende de 68 euros…

Publicité
Publicité