Le bilan annuel 2015 de la sécurité routière annonce une hausse de 2,4 % de la mortalité, avec 80 morts de plus que l’année précédente pour un total de 3.464 personnes décédées. Cette hausse concerne principalement les automobilistes (+8 %).

Chez les conducteurs de deux-roues motorisés (2RM), la baisse est de -1 % chez les motards (sur des véhicules de plus de 125 cm3) et -10 % chez les cyclomotoristes (véhicules de 50 cm3). Mais le gouvernement ne compte pas pour autant infléchir sa politique répressive visant ces catégories d’usagers : « En pères fouettards habituels, les responsables politiques fustigent la vitesse et annoncent plus de sévérité, plus de radars, plus de contrôles, plus, plus, plus… », déplore la Fédération française des motards en colère (FFMC) dans un communiqué publié le 27 janvier.

L’Intérieur carbure à la culpabilisation
« Au ministère de l’Intérieur, la grille de lecture est restée bloquée sur le même régime qui carbure à la culpabilisation des usagers et les annonces de fermeté », poursuit l’association. « Ça ne fonctionne apparemment pas si bien que ça puisqu’il nous annonce que les « mauvais chiffres » sont en hausse et qu’il va falloir sévir… »

Vitesse, cause de tous les maux
« Évidemment, nos hauts-fonctionnaires nous rabâchent que la méchante vitesse est la cause primaire de tous ces maux pour resserrer encore la ficelle du paquet répressif à grands renforts de radars leurres et de drones, les policiers et gendarmes en chair et en os étant déjà fortement sollicités par les tas d’urgences de Vigipirate ».

Quid des distracteurs ?
« À la FFMC, nous qui sommes vraiment dans la circulation, nous constatons que l’usage des distracteurs embarqués (téléphone, GPS, écrans…) et le non-usage des rétroviseurs et des clignotants sont des dangers sur lesquels il faudrait communiquer », poursuivent les Motards en colère. « Mais comme ces « oublis » ne sont pas exploitables par les machines à cash du contrôle-sanction automatisé. La prévention est encore reléguée au second plan ».

Protection du consommateur
« En ce qui concerne les motards, le délégué interministériel est tout content d’annoncer le port des gants obligatoire et un futur contrôle de conformité à la revente d’un 2RM qui relève plus de la protection du consommateur que de la sécurité proprement dite », conclut la FFMC. « Mais il a l’air convaincu que ça va « sauver des vies »… »

La Fédération, elle, ne l’est visiblement pas, et déplore que ses propositions, énoncées à maintes reprises lors des pseudo-concertations au ministère de l’Intérieur, ne soient que rarement reprises. Seule la circulation inter-files, dont elle prône la légalisation depuis longtemps pour pouvoir mieux l’enseigner, est en effet en passe d’être adoptée. Et encore, c’est au petit trot…

Dans la Boutique Motomag.com

- La FFMC vous défend, soutenez-la en portant ses couleurs !

Publicité
Publicité