A ses débuts, le mouvement Cafe Racer, dû au génie des rockers anglais des 60’s, visait à modifier des machines de série, jugées trop routières, pour en exacerber le côté sportif et se tirer la bourre à leur guidon.

Pablo et Alex, deux designers, respectivement espagnol et russe, ont en un sens respecté cet état d’esprit originel en partant d’une machine existante - une Honda 125 disent-ils - pour imaginer le Cafe Racer du futur. Leur leitmotiv était d’intégrer un moteur électrique dans un cadre de moto thermique sans massacrer au passage son esthétique et tout en respectant le plus possible les standards du Caff’.

Le cafe racer du hipster
On remarquera sur leur machine baptisée ECR (Electric Cafe Racer) certains détails qui pourraient bien faire mouche : la selle monoplace en cuir, les soufflets de fourche, le minimalisme de la ligne - aux antipodes de la moto Tesla - , les rétros en bout de guidon... Le réservoir ne sert évidemment pas à stocker de carburant mais dispose de deux espaces de rangement. De la même façon, les fausses boites à air latérales dissimulent une trappe pour accueillir les petits effets du motard. La large grille de radiateur abrite une dizaine de ventilateurs dédiés au refroidissement de la batterie.

Les puristes regretteront sans doute l’absence d’échappement qui leur enlèvera le plaisir d’aller acheter leur rouleau de bande thermique pour recouvrir amoureusement le collecteur. Ils se consoleront en retour avec le frein arrière à tambour, must have du vintage spirit. Dernier détail « esprit es-tu là », le garde-boue avant brille, comme il se doit, par son absence.

La société russe Denzel Electric Bike (où travaille Alex) aurait été suffisamment séduite par le projet pour envisager une production en 2018.

Tenté ?

Source : behance.net

 

Retrouvez l’histoire du Cafe Racer et bien d’autres dans le hors-série Motos Mythiques de Moto Magazine. Cliquez ici pour accéder au sommaire complet .

Disponible dans la boutique en ligne en version papier et en version PDF 100% numérique à télécharger

Publicité

Commentaire (0)

Publicité