En images

Choisir son pantalon d’hiver : bien ajuster ! Choisir son pantalon d’hiver : chaud Choisir son pantalon d’hiver : bien vu ! Choisir son pantalon d’hiver : mal vu !

Sécurité :
- Pas de pantalon sérieux sans protections. Attention, pour avancer le terme « protections », les fabricants sont désormais obligés de respecter la norme PR-EN 1621-1. Une coque conforme à ses exigences garantit l’absorption d’une partie de l’énergie d’un choc.

- Certains pantalons sont vendus sans coques mais avec la poche destinée à les accueillir. Prévoir alors quelques dizaines d’euros de plus. Des protections fixes ne facilitent pas l’entretien (lavage en machine proscrit).
- Sur certains modèles, on parle de simples renforts, c’est-à-dire d’empiècements ou surépaisseurs de textile dotés d’une bonne résistance à l’abrasion ou/et d’un point de fusion élevé (pour éviter de fondre contre le bitume). Ceci aux fesses, hanches, cuisses.

Étanchéité :
- Le premier procédé, plus économique, est l’enduction. Elle consiste à traiter la face interne du tissu. Son défaut : un manque de respirabilité. La membrane (Goretex, Sympatex, BW2 Tech) se prend en sandwich entre deux couches de vêtement. Elle barre la route aux embruns tout en aménageant une porte de sortie à la transpiration.
- Avantage : éviter que l’intérieur du pantalon ne s’humidifie par sudation (vecteur de refroidissement). Cette caractéristique est un gage de confort, y compris en hiver.

- Pour une étanchéité optimale, il faut aussi choisir un pantalon avec une longueur de jambe suffisante afin de contrebalancer sa remontée en position assise sur la moto. Sans quoi les projections d’eau détremperont les chevilles.

Matériaux :

- Pour les coques de protection, exiger la conformité à la norme EN 1621-1 (à ne pas confondre avec le marquage CE). Pour les renforts, plusieurs solutions sont envisageables, plus ou moins coûteuses, plus ou moins efficaces. Un bon indicateur du niveau de sécurité est le Denier, terme technique désignant l’épaisseur du fil ayant servi à la confection du textile. Un Cordura 300 est moins résistant qu’un 600. On recommande en général de ne pas confier sa sécurité à un textile d’un Denier inférieur à 500.

Abonnez vous à Moto Magazine. Retrouvez chaque mois nos tests équipements en économisant sur le prix au numéro (20%) et en bénéficiant de 10 % de remise sur de nombreux produits de la boutique (+ version numérique offerte)

Publicité
Publicité