En images

Sacoches cavalières : gaffe aux pots Sacoches cavalières : bien vu ! Sacoches cavalières : mal vu ! Choisir ses sacoches cavalières : cuir ou textile

A savoir avant l’achat

Forme : Ne vous décidez par pour un modèle de cavalières sans vous être préalablement assuré qu’elles s’adapteront parfaitement à votre monture. Une coque arrière dodue, un échappement qui pointe vers le ciel ou des clignotants mal positionnés risquent de nuire à leur mise en place.

Arrimage : Si les cavalières se placent sur la selle, accordez une attention particulière à la pièce les reliant entre elles. Trop épaisse, elle meurtrira les fesses du passager. Les modèles se fixant sous la selle évitent ce problème et offrent une fixation plus sûre. Jetez également un œil au système d’arrimage destiné à plaquer les sacoches contre les flancs. Il en existe de deux types : à sandows ou à lacets. La manipulation fastidieuse des seconds incite à les défaire le moins souvent possible. Pas pratique de vider, après une bonne journée de route, le contenu de ses bagages sur le parking.

Chargement : Les sacoches dont l’ouverture s’effectue sur tout le pourtour se chargent plus aisément que celles ne disposant que d’une ouverture supérieure.
Étanchéité. Les zips avec rabat d’étanchéité optimisent la protection contre les embruns. Fondamental pour qui préfère s’habiller de vêtements secs...

À retenir…

Conseils d’usage

Questions d’équilibre : Toujours répartir le poids à droite et à gauche. De même, ne pas trop charger l’arrière d’une moto. Équilibrez votre chargement avec une sacoche réservoir.

Échappements : Veillez tout particulièrement à ménager une distance convenable entre la sacoche et l’échappement, sans oublier que sous le poids de son chargement, la cavalière aura tendance à descendre. Si elle venait à toucher les pots, vous risquez fort de perdre votre chargement en route ou de l’imprégner d’une persistante odeur de brûlé. Certains modèles intègrent une protection thermique, toujours bienvenue en cas de négligence.

Duo : N’oubliez pas qu’avec le poids du passager, qui écrase la selle, les sacoches se rapprocheront encore des pots... Augmenter la précharge de l’amortisseur pour limiter ce phénomène. Les bagages ne doivent pas non plus arriver trop près des repose-pied du passager sous peine de nuire à son confort.

Pneumatiques : Augmenter leur pression de 0,3 à 0,5 bar selon le chargement.

Intempéries : Enfermer ses affaires dans un sac poubelle n’est jamais inutile : l’étanchéité des cavalières n’atteint pas le niveau de la bagagerie rigide.

 - 
Publicité
Publicité