En images

Bien vu : point d’ancrage, rigidité Mal vu : système d’attache fuyant Manchon avec fixation Complément de manchons

Inutile de se voiler la face, votre machine ne ressortira pas grandie du montage de manchons. Et ni les matériaux ni les couleurs ne viendront au secours de l’esthétique : nylon ou similicuir, noir, noir ou gris, au choix. Une fois balayée cette considération, il faut donc se recentrer sur les seuls aspects pratiques. Et Il y a peu de chances que vous regrettiez l’investissement, de 30 à 60 euros environ. Des modèles chauffants peuvent faire grimper la facture jusqu’à 150 €.

Manchons universels. Vraiment ?
Les manchons sont, pour l’essentiel, des modèles dits universels qui prétendent donc pouvoir s’adapter sur toutes les machines. En pratique, il faudra toujours vérifier qu’ils conviennent à votre propre moto ou scooter.
Le type de guidon (droit, demi-bracelets, cornes de vache), l’emplacement des rétroviseurs (sur le guidon ou sur le carénage) ou la présence d’un ou deux maîtres-cylindres peut mettre à mal cette prétention à l’universalité.
Essai indispensable avant l’achat pour s’assurer que la monte ne se fait pas au prix de nombreux bâillements où le vent se fera un malin plaisir de s’immiscer.

Montage
Pour être efficace, un manchon doit être le plus hermétique possible à l’air et à l’eau. Son bon ajustage est capital, surtout si la protection de la moto est minimaliste. Si les rétroviseurs sont fixés au carénage, s’assurer qu’ils ne se contentent pas de refléter la seule image des manchons uns fois ces derniers en place. Certains manchons présentent des ouvertures pour laisser passer les rétroviseurs fixés aux cocottes. Il faudra alors s’assurer que les emplacements de ces ouvertures permettent bel et bien de laisser passer les rétros.

Serrage
Quatre dispositifs (ou leur combinaison) se disputent le maintien autour du guidon : boutons-pression, sangles, Velcro ou lacets. Les trois premiers permettent une mise en place plus rapide ; le dernier assure une meilleure étanchéité au début mais a la fâcheuse habitude de se desserrer avec le temps, si bien que certains le remplacent par des colliers de type Rilsan. Les paranos passent un cadenas entre deux œillets pour se prémunir des voleurs…
Les manchons proposent aussi le plus souvent un point d’ancrage pour être fixés aux embouts de guidon. Et pour éviter que les manchons ne se plaquent sur les leviers de frein et d’embrayage certains disposent d’écarteurs. Pas bête !

Confort
Certains manchons possèdent une doublure thermique, d’autres pas. Évidemment, les premiers conservent mieux la chaleur. Les seconds, plus économiques et plus souples, peuvent convenir pour les déplacements urbains. Enfin, l’intérêt des manchons est aussi de permettre le port de gants moins épais et donc de bénéficier d’une meilleure préhension des commandes.

Retrouvez le test des gants chauffants et d’hiver dans notre numéro de février 2015. Avec ou sans manchons, il n’y a plus de raison d’avoir froid aux main en moto

Abonnez vous à Moto Magazine. Retrouvez chaque mois nos tests équipements en économisant 30% sur le prix au numéro et en bénéficiant immédiatement de 10 % de remise sur de nombreux produits de la boutique (+ version numérique offerte)

Publicité

Commentaire (1)

Infos en plus
Publicité