On a beaucoup parlé des deux-roues, le 8 décembre à Paris lors de la réunion plénière du Conseil national de sécurité routière (CNSR).

C’est important, le CNSR, car les débats qui agitent ce Conseil constitué de scientifiques, chercheurs et représentants d’associations de victimes comme d’usagers, préfigurent des règles qui seront adoptées dans les années à venir, relatives à la circulation des autos, motos, scooters, vélos, etc. Les membres du CNSR débattent au sein de commissions, puis en réunion plénière (deux par an environ), puis ils votent des recommandations de mesures au gouvernement. Celui-ci a ensuite tout loisir de les appliquer, ou pas.

Le vélo en pole
Le 8 décembre, lors de la plénière à Paris, on a donc parlé de moto, un peu, et beaucoup de vélo, contexte statistique oblige : le nombre de tués sur les routes de France devrait augmenter d’une centaine, entre 2013 et 2014 (3.350 environ contre 3.250). Or, l’objectif fixé par l’Europe à la France reste d’atteindre les 2.000 tués en 2020. Et le nombre de tués à vélo est plutôt en augmentation.

« La mortalité des cyclistes a moins diminué entre 2000 et 2010 que la moyenne des autres usagers de la route, et s’établit en 2013 au niveau de celle de 2010. Les cyclistes représentent 5 % de la mortalité routière, et 15 % des blessés graves. Et chez les cyclistes, 70 % des blessures graves le sont à la tête », annonce la commission 2-roues du CNSR.

Après de nombreuses auditions, cette commission a donc émis les recommandations suivantes, votées par l’assemblée le 8 décembre :
- promouvoir le port du casque chez les cyclistes lors de campagnes de prévention ;
- étendre à d’autres agglomérations l’expérimentation d’un dispositif d’amendes adaptées aux cyclistes. C’est déjà le cas à Strasbourg, où les amendes « vélo » sont divisées par deux par rapport aux amende « automobile » ;
- définir des règles de signalisation et de circulation pour expérimenter les espaces mixtes piétons-cyclistes en France ;
- mettre en place d’autres campagnes de prévention à destination des cyclistes, pour rappeler le respect du code de la route.

Aucune obligation n’est donc préconisée, le CNSR prône une approche préventive. « Les usagers doivent être acteurs ; l’approche de la commission 2-roues du CNSR est la bonne, elle va vers une responsabilisation des usagers », commente Geneviève Laferrère, représentant la Fédération française des usagers de bicyclette (FFUB).

Transport d’enfant à moto
Concernant les motos et scooters, la commission 2-roues/ du CNSR s’est penchée sur le problème du transport d’un enfant en passager. Après auditions, elle a conclu que l’accidentalité des enfants passagers de 2RM était faible : un seul décès a été enregistré entre 2005 et 2014 ; « le code de la route est, dans l’état actuel, suffisant pour dissuader les usagers dangereux », conclut la commission.

Le CNSR recommande donc au gouvernement de :
- ne pas durcir le code de la route,
- diffuser largement au grand public les bonnes pratiques en matière de transport d’enfant sur un 2RM,
- faire évoluer la norme d’homologation des casques E22-05 qui pourrait être améliorée par l’introduction de tests dissociés en fonction de l’âge.

Infrastructures dangereuses : prise de conscience
Un train de recommandations a été émis par le CNSR, relatif aux infrastructures routières, qui s’adresse surtout aux collectivités locales. La commission Outils technologiques et infrastructures routières a rappelé que 1.167 personnes étaient décédées en 2013 lors d’accidents en présence d’obstacles, dont 537 usagers de véhicules de tourisme et 129 motocyclistes et 10 cyclomotoristes. Elle recommande au gouvernement :
- l’inspection obligatoire du réseau routier hors agglomération ;
- le traitement par les gestionnaires routiers des obstacles latéraux recensés dangereux (parmi lesquels les arbres) ;
- il s’agira de compenser l’abattage des arbres par des replantations de nature différente, sans obligation de proximité immédiate à la route ;
Le CNSR recommande également au gouvernement de « flécher une partie des recettes des radars automatiques pour aider au financement de ces travaux par les gestionnaires de réseaux routiers ».

Motard d’un jour au prochain CNSR
Pour que les membres du CNSR comprennent mieux les dangers liés aux infrastructures routières propres aux conducteurs de moto, la représentante de la FFMC, France Wolf, a proposé d’organiser une opération spéciale lors de la prochaine réunion plénière du Conseil : « le transport des membres du CNSR à moto », sur un circuit à définir. Une idée qu’a retenue le président du CNSR, le député Armand Jung.

80 km/h : tentative de passage en force des « pour »
Cette réunion plénière a également été le théâtre d’un nouveau débat sur l’opportunité de réduire à 80 km/h à la limitation de vitesse sur le réseau routier secondaire. Le CNSR a pourtant voté une recommandation au gouvernement lors de sa dernière assemblée. Le débat fut âpre, entre les anti-80 km/h et les pour, qui ont finalement obtenu le vote d’une motion de synthèse recommandant au ministre d’agir en priorité sur la réduction de la vitesse. Il reste que l’expérimentation devrait se faire sur un nombre limité de routes départementales bidirectionnelles, et non sur l’ensemble du réseau départemental.

« Pas à pas, en prenant chaque catégorie d’usagers en compte selon ses spécificités d’évolution dans l’espace public, plusieurs mesures sont basées sur l’information, la prise de conscience des risques, l’amélioration des infrastructures, en mettant tous les acteurs (techniciens, élus et usagers) en lien… certes, ce n’est pas spectaculaire, il n’ y a pas de "mesure choc" propre à frapper l’opinion, commente France Wolf. Ce travail patient et nécessaire n’est en définitive que ce qui devrait fonder l’action permanente de la sécurité routière depuis des années et qu’il n’est pas trop tard de prendre enfin en compte. »

Train de mesures en 2015
Le ministre de l’Intérieur n’a pas assisté à cette réunion. Il était représenté par Jean-Robert Lopez, délégué Sécurité routière du gouvernement. Cependant, il a été annoncé que Bernard Cazeneuve présentera des mesures de sécurité routière en janvier 2015. Nous reviendrons dessus dans le détail dans un prochain article. Restez connectés à Motomag.com !

Conseils pratiques de Moto Magazine : transport d’enfant à moto

À lire, « 100 conseils de conduite de Moto Magazine », en vente sur la Boutique Motomag

Publicité
Publicité