Les participants ont été accueillis sous le réceptif du Spidi Tour, autour d’un café avec croissants et pains au chocolat. Pour ceux qui n’avaient pas imprimé les cartes ou téléchargé les fichiers GPS, c’est l’occasion de compléter les informations et de leur remettre les « goodies » Spidi Tour.

Avant le départ, l’équipe de Moto Magazine rappelle le déroulement de la journée, l’itinéraire que nous emprunterons et les règles de conduite en groupe. La vingtaine de motos se répartit derrière l’une des deux motos des ouvreurs et le départ est donné avec quelques minutes d’intervalle entre les groupes.

Une dizaine de kilomètres permet de chauffer les pneus pour rejoindre Gemenos, et nous entamons de superbes routes viroleuses en direction de Saint-Zacharie, Trets, Pourrières et Rians. A la pause-café, les visages sont souriants. Le temps est au beau fixe et il n’y a pas trop de circulation hormis les cyclistes qui profitent de la relative fraîcheur matinale. La balade continue vers le nord et les paysages changent. Nous traversons la Durance au pont Mirabeau. Les deux anciennes piles du pont suspendu datent de 1845 et sont classées monuments historiques.

Le parcours concocté par l’équipe des Randos Motomag (lire le compte-rendu au jour le jour de la Rando Motomag de juin au Portugal) continue vers La-Bastide-des-Jourdans, Vitrolles-en-Lubéron en passant par le village médiéval de Viens pour déjeuner près de Rustrel-aux-Ocres. Le thermomètre affiche 35 °C.

De nombreuses carafes d’eau furent nécessaires pour réhydrater la troupe ! C’est l’occasion de pouvoir discuter avec les autres membres des groupes avec lesquels nous avons parcouru les 150 km. Le rythme de roulage est tranquille et touristique, le niveau d’expérience relativement homogène.

Finalement, sous cette chaleur, il est plus agréable de rouler pour bénéficier de la climatisation naturelle qui traverse les vestes et blousons dès que nous prenons un peu de vitesse, avec aérations de rigueur sous peine de fondre comme du beurre !

Direction l’Ouest et les champs de lavande puis le Sud, car il faut bien rentrer. Après Apt, nous traversons Lourmarin et de nouveau la Durance. Nous sommes dans la plaine et les routes sont rectilignes. Certains participants nous ont précisé qu’ils nous quitteraient en cours de route pour éviter de faire un détour par Aubagne avant de rallier leur domicile. C’est donc un tout petit groupe qui a terminé chez Speedway, où nous attendaient quelques boissons fraîches dans l’ambiance climatisée bienvenue du magasin.

Cette deuxième date sonne la fin du Spidi Tour, organisé pour la première fois en France. Des participants ravis de (re)découvrir leur région, des itinéraires empruntant de petites et belles routes, des rencontres et de la convivialité : voici les ingrédients de la réussite qui serviront de base pour élaborer les rendez-vous de l’année 2018.

Visiter la page Facebook du Spidi Tour Côte d’Azur

Publicité

Commentaire (0)

Publicité