Selon l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), 352 personnes ont perdu la vie sur les routes de France en juillet 2016, contre 353 en juillet 2015, soit « une très légère baisse de 0,3 %», est-il précisé dans un communiqué de presse du 12 août. Un mort sur la route, ça vaut donc 0,3 % d’amélioration selon les statisticiens…

La mortalité routière des sept premiers mois de 2016 enregistre néanmoins, toutes catégories de véhicules confondus, une augmentation de 1,5 % (contre 3,8 % pour la même période en 2015).

Plusieurs indicateurs de l’accidentalité du mois de juillet 2016 sont en baisse :
- Les accidents corporels diminuent de 1,6 % : 4 962 en juillet 2016 contre 5 041 en juillet 2015, soit 79 en moins ;
- Le nombre de personnes blessées sur les routes baisse également de 1,6 % : 6 438
personnes le mois dernier contre 6 545 en juillet 2015, soit 107 personnes blessées en moins.

Et la moto dans tout ça ?
En consultant le baromètre mensuel par catégorie d’usager fourni par l’ONISR en même temps que le communiqué, on constate que :
- le nombre de tués à moto entre juillet 2015 et juillet 2016 s’élève à 615, en baisse par rapport à juillet 2014-2015 (647 décès).
- Le nombre de tués sur un cyclomoteur n’a jamais été aussi bas (143), et s’avère donc en baisse en juillet 2015-16 par rapport à juillet 2014-15 (161 décès).
« La mortalité des motocyclistes est en baisse sensible d’une année sur l’autre : - 5 % ; la mortalité des cyclomotoristes est en nette baisse : - 11 % », constate l’ONISR.

Discours stigmatisant
Cela n’empêche pas la Sécurité Routière de marteler un discours stigmatisant les catégories des deux-roues motorisés (2RM) : « le gouvernement, afin de mieux protéger les usagers, de préserver des vies et d’obtenir des résultats dans la durée, déploie avec détermination l’ensemble des mesures de sécurité routière décidées par le CISR, qui portent notamment sur les deux-roues motorisés, l’usage du téléphone en conduisant, les vitesses excessives et les conduites sous emprise d’alcool et de stupéfiant », souligne le communiqué de presse.

On notera que le gouvernement a appliqué avec plus de célérité les mesures relatives aux 2RM (permis A2 généralisé, contrôle technique à venir...) et au contrôle de la vitesse, que celles qui concernent les distracteurs... Il n’y a qu’à circuler un peu sur nos routes pour le constater : nombreux sont les automobilistes à jouer du smartphone, jusqu’à avoir un comportement dangereux notamment pour les usagers les plus vulnérables qui croisent leur route. On n’arrête pas le progrès…

Publicité

Commentaire (1)

Publicité