Article

En ce frais samedi de janvier, une trentaine de motards répond à l’appel. Dont quelques tout jeunes permis, en quête de conseil et d’échange : « C’est une façon pour moi de me rapprocher de motards expérimentés, explique Matthias, 23 ans dont une année passée sur sa Kawasaki ER-6n. Je n’ai jamais roulé en groupe, je viens donc me faire une expérience, faire des balades et prendre quelques conseils : sur la conduite, mais aussi sur la mécanique, etc. Mais ce que je viens chercher, c’est avant tout du plaisir. »

Découvrir les routes

Notre petit groupe va donc parcourir une boucle de 190 km dans la campagne autour de Montpellier. Et le roadbook n’est pas de tout repos. La route est étroite, parfois gravillonnée et pas toujours en bon état. Luc David s’explique : « C’est volontaire. Le matin, le parcours est difficile pour que les débutants appréhendent les dangers de la route. L’après-midi, le bitume est propre et les virages moins serrés, ils peuvent alors reprendre confiance. »

Chacun y trouve son compte. En ce qui concerne « les chauds de la poignée », les organisateurs les regroupent entre eux et leur laissent champ libre en leur fixant des points de rendez-vous pour les pauses café et déjeuner.

Simple et efficace

Pour ces sorties, les organisateurs d’Évasion Moto ont des règles bien précises. Un motard expérimenté va encadrer deux jeunes permis au maximum. Au matin, petit briefing pour connaître les avis et inquiétudes des « encadrés », et tout au long de la journée, ces deux ou trois-là ne se quitteront pas. L’expérimenté surveille les trajectoires et autres hésitations de ses protégés et, au besoin, les guide. Au cours de la journée : échanges et conseils. Le lendemain, débriefing sur le forum. Simple et efficace, ça marche.

« Deux jours à peine après notre arrivée à Montpellier, on roulait déjà avec eux, le groupe est super », expliquent Johan et sa copine Andrea. Aujourd’hui, le jeune couple a été victime d’une légère chute. Quelques graviers les ont amené au sol. Une occasion de tester l’encadrement de l’association. « J’avais à peine ouvert les yeux que j’étais mis sur le côté, ma moto était redressée et mon jean était coupé pour soigner mon genou. »

Et ensuite ?

Les idées fusent dans le staff d’Évasion Moto. « On voudrait former les gens aux gestes de premiers secours. Dernièrement, on a organisé une sortie "Motoculture" dont le but était de découvrir l’histoire, les routes et la gastronomie d’une région. La prochaine étape : équiper les membres de caméras pour filmer les débutants. Ils pourraient mieux se rendre compte de leurs défauts en visionnant les vidéos. » En résumé, Luc David n’est pas à cours d’idée.

Bref ça cogite, ça met en place des événements, ça vit. Une association comme on voudrait en (a)voir dans toutes les régions de France.

 - 
Publicité
Publicité