Dissymétrique et anachronique, le side-car aurait depuis longtemps disparu de nos routes si sa conduite très particulière ne le rendait pas aussi… attachant. Du coup, en dépit des tracasseries administratives qui rendent son homologation toujours plus laborieuse et complexe, l’engin compte encore de fervents adeptes.

Ceux-là prennent plaisir à se retrouver lors des rassemblements organisés par l’Amicale sidecariste de France (ASF) et le Side-car club français (SCCF), mais depuis peu ce sont les fabricants eux-mêmes qui lancent les invitations. Seul moyen pour les DJ, CS Concept, Dedôme et consorts de s’offrir un peu de visibilité tout en regroupant leurs fans.

Artisan
Ural est à ce jour le dernier constructeur de side-cars en « grande » série distribué en Europe. Les amateurs qui ne se satisfont pas de sa rusticité ni de ses modestes performances doivent se tourner vers un artisan capable de greffer une troisième roue à leur moto. Ils ne sont plus qu’une poignée en France à assurer ce genre de prestation, dont DJ Construction situé à Albens (Savoie).

« J’ai créé l’entreprise en 1988 », précise Jean-Louis Damois, 54 ans. « Avant ça j’étais le sous-traitant de Jewell, marque aujourd’hui disparue. Comme beaucoup d’autres, d’ailleurs… » Le marché s’est contracté comme une peau de chagrin, le side-car passant du statut de véhicule populaire à celui d’objet sinon de luxe, au moins de passion. Comptez un minimum de 12 500 € pour atteler un DJ Sport à une 1250 Bandit, et jusqu’à 20 000 € et plus pour un panier de grand tourisme toutes options…

90 participants
Élitiste ? Quelque 90 participants se sont pourtant retrouvés le week-end des 23 et 24 avril 2016 derniers à l’hôtel des Tilleuls de St-Jorioz (Haute-Savoie) – lui-même tenu par un sidecariste passionné –, pour la seconde édition des DJ Days. Tous ne roulaient pas sur un attelage de la marque, loin s’en faut ! Une dizaine de motos solos étaient même de la partie, curieuses de découvrir l’univers du side-car avant de franchir le cap d’un achat.

Les Bauges sous la pluie
Conformément aux prévisions météorologiques, annoncées médiocres depuis plusieurs jours, le rallye touristique du samedi dans le massif des Bauges s’est déroulé sous une pluie battante. L’occasion de tester l’étanchéité des capotes sans pour autant entamer la bonne humeur générale, chaleur humaine et bons repas se chargeant de remonter le moral des plus mouillés.

Visite de l’atelier
Le dimanche matin a permis à chacun de découvrir l’atelier de DJ et ses méthodes de travail. Quelle n’a pas été la surprise de ceux qui ignoraient que Jean-Louis, en véritable homme-orchestre, travaille rigoureusement seul ! « Le prix d’un side-car reflète ni plus ni moins le coût actuel de la main d’œuvre en France. Embaucher quelqu’un ? Ce n’est même pas la peine d’y penser ! Il me faudrait déjà remplacer toutes les machines qui ne sont soi-disant plus aux normes, et puis être sûr que les commandes continuent à tomber… »

DJ produit et homologue environ 14 side-cars par an. Vous avez dit micro marché ? En ce moment, comptez toutefois un délai de livraison de plus de 6 mois. Réputation de l’entreprise oblige.

Dans la Boutique Motomag.com

- Lisez le récit de voyage de Sylvain Tesson, « Berezina, en side-car avec Napoléon »

Publicité

Commentaire (0)

Publicité