Article

Seule moto moderne à profiter du système de distribution variable censée donner plus de couple à bas régime, la VFR suscitait depuis 2002 quelques mécontentements tant l’intervention du V-Tec se montrait abrupte.
Dès 6 800 tr/min, la moto faisait un saut en avant et l’utilisation autour de ce régime rendait la conduite pénible, la distribution passant de 2 soupapes par cylindre à 4, puis de 4 à 2, créant ainsi une succession d’à-coups. Cette nouvelle version n’a pas complètement éradiqué le phénomène mais l’a sérieusement diminué.
On ne peut plus parler d’à-coup mais de discret soubresaut. De plus, le système intervient 200 tr/min plus bas à l’accélération et 700 tr/min à la décélération, modification qui participe grandement au confort de conduite, notamment sur route sinueuse.

Roulage :
En prenant le guidon de la VFR, on a le sentiment de l’avoir toujours conduite. À son bord, toutes les commandes sont douces. La position est naturelle, le buste légèrement basculé sur l’avant.
Les premiers tours de roues s’effectuent sereinement. Pour ne rien gâcher, cette Honda, comme le précédent modèle, est d’une surprenante docilité quand il s’agit de l’inscrire en courbe.

Cette version ABS propose aussi une molette de précharge du ressort accessible et bien utile pour adapter l’amortisseur selon la charge.
Dommage que ce combiné tressaute légèrement sur les plis de l’enrobé quand le rythme augmente.
La VFR propose en sus un couplage avant/arrière performant, et en ville on ne touche presque plus le levier avant tant l’action de la pédale fait des merveilles.
Un vrai plus pour la sécurité.

 - 
Infos en plus
Publicité