Espace abonné

NOUS SUIVRE SUR LE WEB

flux RSS Motomag Nous suivre sur Facebook Twitter avec Motomag Google+ avec Motomag Chaîne YouTube Motomag

Abonnement et réabonnement à Moto Magazine et ses Hors-Séries

RECEVEZ LA NEWSLETTER

Etapes et hébergements Moto Magazine

 Petites annonces 

Questionnaire occasion

Promo Boutique

Vos blogs

Créer un blog


Casque d’âne

ANNUAIRE DES MOTARDS

Fédération Française des Motards en Colère

En ce moment vous discutez de

Voir tous les débats de Motomag


Articles les plus lus

Thèmes les plus populaires

1937/1937
1785/1937
1436/1937
1344/1937
1242/1937
753/1937
707/1937
678/1937
573/1937
568/1937
555/1937
547/1937
498/1937
464/1937
356/1937
340/1937
318/1937
313/1937
306/1937
303/1937
277/1937
274/1937
233/1937
213/1937
motomag.com
Essais

Honda 750 VFC
 Bilan occasion  

 

1993 - 1998

Catégorie

Custom

Cylindrée

401 à 750
Honda 750 VFC

Rarement un custom japonais n’a eu autant de personnalité que le Honda 750 VFC. Avec son V 4 qui miaule rageusement, la Honda apporte un souffle nouveau dans l’univers sonore de la catégorie. Sur les traces de la Yamaha Fazer, le VFC s’impose comme un véritable petit dragster des rues. Attention aux ravages des mauvais traitements, parfois infligés à ces engins "de frime"

Suite de l'article >>>

Pour Contre
+ Esthétique originale - Amortisseurs de mob
+ Caractère moteur - Problèmes de refroidissement (avant 90)
+ Fiabilité (après 93) - Usage exclusif
EN IMAGES

Commentez l'article (55 commentaires)

salut à tous,motard depuis 1977,j’ai gouté à pas mal de bécanes ;toujours à la sauce japonaise,et je viens de gouter aux joies d’une RC 28 de 1988, et je recherche une revue technique ou carnet d’atelier, et aussi des conseils sur ses éventuels défauts,et aussi les meilleurs pneus pour cette bete car je (...)

Dernière petite annonce Honda

Voir LA COTE

VOTRE DEVIS D'ASSURANCE EN LIGNELe tarif de l'Assurance Mutuelle des Motards

MEMO

- (à vérifier en priorité)

  • Pompe à huile : vérifiez que la chaîne d’entraînement de la pompe a bien été contrôlée, voire changée, à partir de 50 000 km (casse de chaîne = casse moteur)
  • Culasse : sur les premières versions de VFC et Magna, la vanne de calorstat finit par se fermer définitivement. Ce que les joints de culasse n’apprécient guère.
  • Pot d’échappement : vérifiez que la marmite de collecteur n’est pas en train de partir en lambeaux sous l’effet de la corrosion. Cette pièce non visible n’a pas été très soignée (soudures, traitement de surface).
  • Embrayage : testez son bon fonctionnement et surveillez les réglages pour traquer l’usure à partir de 50 000 km. L’usage dragster fait vieillir la cloche prématurément (ovalisation).

Les avis de

Tags

Honda - Essais
Tip A Friend  Envoyer par email   Afficher une version imprimable de cet article Imprimer  

La lignée des VFC

La première VFC est apparue en 1982 sur les traces de la VFC 1100. Elle reprend la mécanique de la VFS. En 1987, la version baptisée "Magna" fait son apparition, avec ses quatre tromblons dressés vers le ciel et sa jante pleine à l’arrière. Son simple disque avant et ses amortisseurs arrière à combinés séparés rappellent qu’il s’agit d’un custom.
- La VFC disparaît des catalogues au profit de la Shadow en 90. Elle refait surface en 93, profitant de l’occasion pour s’offrir un lifting et perdre son cardan (snif !). La mécanique est dérivée de la VFR, plus puissante (+ 5cv) et desservie par une boîte de vitesses qui perd un rapport (5 au lieu de 6). La roue avant passe de 19’ à 17’.
- Associée au dessin des échappements et de la partie arrière, qui abandonne la roue pleine, ces transformations rendent la machine esthétiquement plus légère.

Faire rugir ce V 4 aux quatre tromblons est un péché véniel ! Une sensation seulement partagée par les possesseurs de la grosse V-Max, à laquelle la VFC fait inévitablement penser.
- Très stable sur autoroute, ou en ligne droite bien propre, il permet d’avionner largement au-dessus des réglementations actuelles, ou de jouer au pilote de dragster le dimanche après-midi ! Impossible de ne pas aimer la frime pour rouler sur cette moto.
- Tout est conçu pour en "jeter un max". Beaucoup se délectent du charme "animal" de la VFC, et en profitent pour le tester à la sortie des lycées (et des lycéennes donc...).
- Les modèles à cardan (82-89) conjuguent en plus l’art de la flambe avec les économies d’utilisation. La cote dérisoire de l’engin sur le marché de l’occasion lui confère un excellent rapport "prix/sensations" !

L’engin n’est pas des plus agréables à sortir des grands boulevards. La piètre qualité des amortisseurs d’origine, associée à une position de conduite exclusivement conçue pour "cruiser", lasse vite son homme. Pas la peine d’envisager accueillir un passager, vous risqueriez de vous faire un ennemi ! Le petit "pouf" trop étroit et l’absence totale de poignées de maintien viennent à bout des plus motivé(e)s.
- La géométrie très "américaine" de l’engin ne lui permet pas de slalomer entre les voitures (même prudemment) et rend les manoeuvres rédhibitoires. Beaucoup regrettent que le moteur soit si mal desservi par un châssis désuet et une autonomie ridicule (150 km).
- Un seul type de conduite est permis : la balade décontractée. Et pas trop longue, merci pour le dos !

Points à surveiller

Les premières versions ont eu quelques soucis de surchauffe moteur due au dysfonctionnement de la vanne d’aquastat. La plaisanterie se solde par un joint de culasse qui rend son tablier, généralement aux cylindres arrière.
- Pour s’assurer que tout est en ordre de ce côté, même si le vendeur a fait l’appoint de liquide pour ne pas éveiller vos soupçons, il vous faudra traquer les traces de fuites (dépôts blanchâtres et poudreux) sur le pourtour de la culasse.
- Le point sensible se trouve entre les deux conduits d’admission. A partir de 93, la VFC n’est plus sujette à ces bouillonnements intempestifs. A partir de 50 000 km, il faut se soucier de l’état de l’embrayage (disques et cloche) et faire réviser l’entraînement de la pompe à huile sur les premières versions (à chaîne).
- Enfin, vérifiez l’état des roulements de direction, peu endurants, et les attaques possibles de la rouille, notamment sur le collecteur d’échappement et ses soudures (risques de trou).

Jeff Copin - 28/01/1998

Nos derniers articles

Kymco Xciting 400i : le plus « sportif » des moyennes cylindrées

Dans sa catégorie, ce scooter taiwanais Kymco offre des performances dynamiques dignes de ses concurrents. Il doit cependant mieux faire en terme de protection et de rangement

Morini 501 Excalibur : routier mais délaissé !

La Moto-Morini 501 Excalibur, bonne routière par ses qualités dynamiques et son confort n’a pas connu le succès qu’elle aurait mérité.

Honda CB 650 F : un roadster posé

Nouveau 4-cylindres, châssis inédit, la CB 650 F devient le porte-étendard de la gamme roadster moyenne cylindrée chez Honda. Facile et agile, cette moto manque pourtant un peu de piquant.

Rieju City Line 300 : l’alternative espagnole

Spécialisée dans les petits cubes et la moto 125, la firme espagnole Rieju se lance désormais sur le marché du scooter GT. Dans sa nouvelle gamme, un 300 cm3 baptisé City Line, d’origine italienne, revu aux standards catalans : olé olé !

Triumph 1700 Thunderbird LT : pas encore du tonnerre

Pensée pour le voyage, la Triumph 1700 Thunderbird « LT », pour « Light Touring » assume bien son rôle. Mais dans un confort qui confine presque à l’ennui, par manque de sensations mécaniques.

Nous suivre sur
le web