On les croyait en sommeil, endormis que nous étions par la stratégie de communication de la Sécurité routière… Que nenni ! Les représentants du gouvernement ont beau clamer que le nombre de radars automatiques serait stabilisé en 2015 (à 4.200 appareils), le nombre de flashs qu’ils ont émis est reparti à la hausse en 2014, annonce Lefigaro.fr.

MIF
En 2014 en France, 20.372.785 messages d’infraction (MIF) ont été émis par l’intermédiaire des boîtiers automatiques contrôlant les excès de vitesse ou le franchissement d’un feu tricolore, contre un peu plus de 19 millions en 2013, soit une augmentation de 7 %.

Impact immédiat, le nombre de PV est logiquement en hausse : 12,56 millions d’avis de contravention envoyés en 2014, en augmentation de 12 % par rapport à 2013 (11,21 millions). Parmi eux, 1,53 million avis de contravention ont été adressés à l’étranger.

Augmentation du nombre de radars
Deux causes expliqueraient cette hausse, si l’on en croit le quotidien d’informations générales :

- le retour des mauvais comportements sur les routes, qui se traduirait par la hausse de la mortalité (+3,7 % en 2014 par rapport à 2013) ; cela est contredit par une autre donnée : la part de « grandes » infractions à la vitesse (excès supérieurs à 20 km/h) est en diminution constante depuis 2003, date de déploiement des radars automatiques. Le taux, qui était de 11,45 % en 2004, puis de 9,49 % en 2005, a dégringolé à 5,90 % en 2014.

- le parc de radars a augmenté. Cette hypothèse est plus vraisemblable : au 1er janvier 2015, on dénombrait 4.123 appareils, contre 4.097 au 1er janvier 2014.
Le fonctionnement des boîtiers s’est amélioré, après une année 2013 durant laquelle un changement de prestataire de maintenance avait contribué à une baisse de rendement sur l’ensemble du territoire. Le taux de disponibilité du parc, qui doit être de 93 %, était tombé à 80 %. Le problème est réglé. Et les radars redeviennent d’une redoutable efficacité…

Ce n’est pas fini : le gouvernement annonce un plafonnement du nombre d’appareils à 4.200, à partir de 2015. Mais la technologie va permettre de remplacer les machines anciennes par d’autres, plus intelligentes. On pense aux radars mobiles de nouvelle génération, aux « double face », mais aussi à ces radars de feu tricolore qui pourraient être équipés pour contrôler les excès de vitesse…

Nouveauté en 2015, le radar « double face ». Quatre d’entre eux sont en test actuellement.

Inacceptabilité sociale
De quoi alimenter le mécontentement de la population ? À l’instar des années précédentes, 2014 n’échappe pas au vandalisme qui frappe les appareils. Il a été de 2,04 % pour les radars vitesse et de 0,8 % pour les radars feux rouges.

Le taux des contestations, en revanche, reste très faible, à 1,5 % pour les infractions liées à la vitesse et à 4 % pour les infractions de franchissement de feu rouge et de passage à niveau. Les fonctionnaires et élus politiques se sont montrés très ingénieux, depuis 2003, pour dissuader les conducteurs d’appliquer une quelconque procédure. Car le principe de la sanction automatique est avant tout de faire du rendement par un contrôle aveugle, déshumanisé… et sourd à toute plainte.

Pins, autocollant, t-shirt, sweat, gilet… soutenez la FFMC en achetant et en portant ses couleurs

Publicité
Publicité