Pour le droit au stationnement sur les trottoirs

JPEG - 33.5 ko
150 motards s’étaient donné rendez vous Place de la république pour le premier pique nique pro-stationnement du deux roues à Paris ce premier w.e. de juillet

Les militants de la FFMC avaient choisi de pique niquer, samedi 3 juillet 2004, Place de la république à Paris, et c’est bien de cela dont il s’agit.

En effet les utilisateurs de deux roues sont régulièrement pris en otage par les forces de l’ordre qui verbalisent régulièrement les motos et les scooters, même quand ces derniers ne gênent en aucune façon les piétons et autres poussettes. La tolérance de stationnement dont bénéficiaient les motards, depuis un arrêté préfectoral de 1994, semble ne plus être en vigueur.

Loin de vouloir mettre un terme au déficit chronique du manque de deux places de parking des deux roues à Paris (plus de 100.000 places manquantes) les autorités se bornent à...verbaliser !

Le pire est que la Mairie de Paris et la Préfecture de Police se renvoient systématiquement la balle. Aucune des deux parties ne veut considérer le problème dans sa globalité. La Mairie de Paris se répand en promesses non tenues et la Préfecture de Paris, se borne à émettre des procès verbaux à l’encontre des motards.

Un symbole fort

JPEG - 47.8 ko
Le lieu n’avait pas été choisi au hasard, la Place de la république représente le symbole de l’égalité des citoyens

« Début avril on avait rendez vous avec la Mairie de Paris pour créer 10 à 13 places de parking moto, Boulevard Malherbes. On avait rempli toutes les conditions : celle de ne pas gêner les piétons, les personnes non voyantes, les landaus et poussettes etc... » explique Henri de Vogüé, un des militants de l’antenne de Paris Petite Couronne. « Ce rendez vous a été tout simplement été annulé, et on nous a fait comprendre que notre projet était renvoyé aux calendes grecques ! » .

Le rendez vous donné aux motards s’est soldé par un pique nique joyeux regroupant 150 motards.

Cette fête a néanmoins été entachée par un incident qui aurait pu mal tourner. En effet, au début du rassemblement Place de la République, un automobiliste a franchit les cordons de sécurité établis par les militants.

Mise en danger de la vie d’autrui

JPEG - 35.1 ko
Les CRS interceptent le conducteur de cette Volvo qui a bien failli renverser deux militants FFMC. Renseignements pris, il s’agit d’un chirurgien

Jean Marc B. et Eric V. , des militants FFMC, tentent de stopper l’individu au volant de sa Volvo gris bleu. Loin de s’arrêter l’individu accélère et traîne Jean Marc sur plusieurs mètres. Quand à Eric il se fait rouler sur le pied !

Malencontreusement pour lui, il se fait interpeller quelques mètres plus loin par des CRS qui étaient de faction devant une autre manifestation, celle des sans-papiers.

« Heureusement pour nous que la Place était embouteillée et que le feu était au rouge, sinon on ne retrouvait pas le conducteur ! » explique Jean Marc.

Plainte a été déposée au commissariat du 3ème arrondissement contre le conducteur qui s’est avéré être un chirurgien (si, si !).
Ce dernier a été inculpé de mise en danger de la vie d’autrui et de délit de fuite.

En fin de manifestation, les militants ont créé une dizaine de places de stationnement pour deux roues motorisés, par des traces de peintures au sol. Cette opération avait pour but de prouver aux services techniques de la Ville, que cette opération n’est ni coûteuse, ni génante pour les piétons.

voir aussi FFMC75

Publicité

Commentaire (0)

Publicité