Alain Vidalies, secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer, et de la Pêche a annoncé le 8 février un plan d’investissement en 2016 pour l’entretien du réseau routier national. Une enveloppe exceptionnelle de 150 millions d’euros va être débloquée, portant à 300 M€ la somme investie dans plus de 400 opérations de régénération des routes nationales.

« C’est une hausse de 55 % en un an des moyens pour l’entretien de ces équipements, et un triplement depuis 2012, souligne Alain Vidalies. Le niveau d’investissement dans les routes sera cette année le plus élevé depuis 10 ans ».

Emplois à la clé
« Les infrastructures routières et fluviales sont des artères vitales des territoires et de notre économie », poursuit Alain Vidalies, qui a décidé de faire de la maintenance de ces infrastructures une priorité. D’autant que « l’entretien des réseaux est une activité fortement génératrice d’activité et d’emploi, pour les entreprises de travaux publics et les territoires ».

En 2015, Alain Vidalies avait lancé un premier plan d’investissement de 100 M€ dans les réseaux existants. Plus de 150 chantiers avaient alors été initiés, et tous ont été réalisés. « Cette relance de l’investissement en 2016 va permettre d’amplifier cette mobilisation », souligne-t-on au ministère.

Et les autres routes ?
Cette enveloppe exceptionnelle de 150 M€ va assurément faire du bien aux routes nationales. Mais quid des départementales, dont l’entretien relève désormais des collectivités territoriales, et des voies communales, affectées aux municipalités et communautés de communes ? Ce sont pourtant sur ces réseaux qu’ont lieu nombre d’accidents et l’état de la chaussée, comme les obstacles, sont souvent des facteurs aggravants dans ces sinistres.

Les antennes départementales de la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC) mènent chaque année des opérations Motard d’un jour dans le but de sensibiliser les élus locaux à l’importance, pour les conducteurs vulnérables, de l’entretien des chaussées et de la suppression d’équipements dangereux.

Il serait utile que le secrétaire d’État aux Transports, constatant l’importance de l’entretien du réseau routier, apporte également son poids politique pour sensibiliser les élus locaux à ces problématiques.

Dans la Boutique Motomag.com

- La FFMC vous défend, soutenez-la en portant ses couleurs !

Publicité
Publicité