Accueil > En attente de décision > Québec : les motards et leur moto respirent

Québec : les motards et leur moto respirent

mardi 29 août 2006

La SAAQ (Société de l’assurance automobile du Québec) a enfin annoncé les mesures définitives concernant le permis de conduire et les primes d’assurance. La hausse prévue était prohibitive, et le marché de la moto s’en était fortement ressenti. Les tarifs définitifs sont moins élevés qu’affirmé. Mais 2006 reste une année noire pour les vendeurs, professionnels comme particuliers.

JPEG - 32.7 ko
Ces deux motos québécoises, leur propriétaires surtout, peuvent respirer un peu. La hausse des tarifs d’assurance annoncée par la SAAQ au début du printemps sera moins vertigineuse que prévue. Ouf !

À l’annonce de la SAAQ, les motards québécois craignaient pour leur liberté. Le CAPM (Comité d’action politique moto) et d’autres groupements, de motards et de professionnels de la moto, s’étaient réunis au sein de la Coalition moto pour faire front.

Leur action a visiblement pesé dans la balance. La SAAQ a annoncé des hausses de tarifs inférieures à celles qui étaient prévues en début d’année. La plus salée ne toucherait que les sportives de plus de 401 cm3. Ce qui ne représente que 11 % du parc. Au final, les commerçants se disent satisfaits. « La hausse est raisonnable, surtout quand on pense que la dernière remonte à plus de 20 ans », souligne M. Ducharme, concessionnaire à Joliette.

Une annonce au mauvais moment

Cependant, la SAAQ avait mal choisi son moment pour son annonce. Les professionnels regrettent qu’au lieu de l’automne, elle ait choisi le printemps, deux jours après le salon de la moto. Résultat, les ventes de moto neuves ont chuté de près de 50 %, celles d’occasions de 30 %. De même, les ventes d’équipements ont chuté. Le marché a aussi été submergé de motos de particuliers, qui n’arrivaient pas non plus à vendre.

La SAAQ avait légitimé cette hausse de tarif par les problèmes de sécurité routière liés à la moto. C’est pourquoi les sportives vont tout de même voir leur assurance faire un bond. Mais la mesure ne convainc pas tout le monde, à l’image de M. Ducharme. « On élimine un type de motos, mais on ne règle pas le problème du jeune fou derrière. À mon avis, c’est le conducteur plus que la moto le problème », analyse-t-il.

G. Acerra (source l’Action/l’Expression, Québec)

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?