Accueil > En attente de décision > Pas d’amnistie présidentielle pour les PV ?

Pas d’amnistie présidentielle pour les PV ?

lundi 15 janvier 2007

JPEG - 50.6 ko
À l’issue du Conseil des ministres du 10 janvier, Dominique Perben, craignant une recrudescence des comportements dangereux, se positionnait résolument contre l’amnistie présidentielle des PV.

Mercredi 10 janvier 2006, Dominique Perben saluait le « très bon chiffre » du bilan provisoire de l’accidentologie routière pour 2006 (voir motomag.com du 10/01/06). Peu auparavant, au sortir du Conseil des ministres, il s’est dit opposé à la traditionnelle amnistie présidentielle accordée aux usagers de la route pour certains PV. « Si on laisse entendre qu’il y aura une amnistie, nous sommes sûrs qu’il y aura des morts en plus et des blessés en plus », a affirmé le ministre des Transports.

Des avis partagés
En cela, M. Perben réagissait notamment au questionnaire de notre confrère Auto Plus, adressé à tous les candidats à l’élection, paru mardi 9 janvier. Concernant cette amnistie, créée en 1958 par le Général De Gaulle, les avis divergent. Nicolas Sarkozy (UMP) et François Bayrou (UDF) sont "contre". Olivier Besancenot (LCR), Marie-Georges Buffet (PCF) et Jean-Marie Le Pen (FN) sont "pour". Ségolène Royal, qui « ne se sentait pas encore prête à s’exprimer sur le sujet » est sans avis.

Le positionnement quant à l’amnistie des PV constitue un argument électoral auprès de certains usagers de la route. Notons toutefois que, en soi, il n’est en rien le reflet d’un programme politique spécifique. Sa portée est donc très relative.

G. Acerra

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?