Accueil > En attente de décision > Mort lors d’un run moto : quand les préjugés deviennent « information (...)

Mort lors d’un run moto : quand les préjugés deviennent « information »

lundi 5 mars 2007

Un motard s’est tué et a blessé trois spectateurs lors d’un « run sauvage », dimanche 4 mars 2007, à Dourges (62). Une mort idiote qui aurait pu être évitée si des infrastructures étaient mises à la disposition des motards. On dénoncera le traitement fort peu objectif de cette info de la part de certains médias.

Rappel des faits : Lors d’une pointe de vitesse sur une voie privée ouverte au public, à Dourges dans le Pas-de-Calais, un motard de 34 ans est mort. Il a perdu le contrôle de sa moto, qui est allé faucher trois spectateurs de 16 et 17 ans. Blessés aux jambes, dont un plus gravement, ils ont été hospitalisés sans que leurs jours soient en danger. Selon la sous-préfecture de Saint-Omer, les « runs » seraient courants à l’endroit de l’accident.

Manque de structures
« Nous ne cautionnons bien sûr pas les comportements dangereux de certains. Cependant, de tels drames pourraient être évités avec la mise à disposition des motards de structures adaptées, donc sécurisées. Elles pourraient de plus servir à la formation en semaine », commente Eric Thiollier, délégué général de la Fédération française des motards en colère (FFMC).

Pour pallier en partie le déficit, les antennes locales de la FFMC organisent des stages sur piste. Rappelons que l’association de motards a participé à la création des Journées portes ouvertes des circuits.

Sujet croustillant, journalistes incompétents ?
L’annonce de l’accident, dimanche, au "20h00" de France 2 frappe : la présentatrice annonce d’emblée la mort du motard et des trois spectateurs. Une bourde corrigée par le reportage. Trop tard pour ceux qui se seront contentés des titres.

Ce lundi matin, le cliché refait surface. Inévitablement. « La question des motards et de la vitesse se pose de nouveau » entendait-on sur France Info. Et le journaliste, faisant référence à l’allumage des feux pour tous les 2-roues motorisés, d’ajouter, très discrètement, que « sous CERTAINS casques, une petite lumière rouge, signifiant "danger", ferait bien de s’allumer ». Une nuance qui passe inaperçue au sein d’une diatribe qui ne peut que conforter l’opinion publique dans la conviction que tous les motards sont forcément des délinquants.

Les journalistes ont-ils oublié tout esprit d’analyse ? Ici, l’inconséquence d’un individu a, encore une fois, été généralisée. Il y a des jours, comme ça, où certains nous donnent de bonnes raisons d’être en colère…

G. Acerra

À lire dans Moto Magazine :

- Pour comprendre le phénomène des runs sauvages et les solutions intelligentes à y apporter, commandez en ligne notre enquête "Runs et courses sauvages"

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?