Accueil > En attente de décision > Moins de victimes grâce aux couloirs de bus ?

Moins de victimes grâce aux couloirs de bus ?

mercredi 1er mars 2006

Mercredi 22 février 2006, Le Parisien affirmait, chiffres à l’appui, que les accidents étaient en baisse sur de grandes artères parisiennes. Celles dont les voies de bus ont été élargies et dotées d’un mini « trottoir » de séparation.
Or, on note, à la lecture de l’article, quelques approximations et le manque de quelques paramètres significatifs concernant l’accidentologie.

Le quotidien fait avant tout la confusion entre accidents et victimes. Il titre « les accidents en baisse grâce aux couloirs de bus », mais communique des chiffres – émanant de la Préfecture de police – qui concernent les victimes. Celles-ci sont effectivement moins nombreuses.

Les chiffres de la Préfecture prennent en compte les blessés et tués sur les douze grands axes modifiés. Ils font la comparaison entre 2001 et 2005. Logique, 2001 est l’année du début de ces travaux.
En 2001, 780 personnes ont été blessées et 9 tuées sur ces douze axes. L’année dernière, on dénombre 455 blessés et 3 morts.

Nous avons donc bien le nombre des victimes, mais pas celui des accidents. Partant de ce constat, difficile de savoir s’il y a, d’une manière significative, moins d’accidents ou s’ils sont « simplement » moins graves.

Quid des usagers les plus fragiles ?

Autre bémol, les chiffres communiqués par la Préfecture font état du nombre total de victimes. Sans aucune différenciation des usagers de la voie publique concernés. Impossible alors de savoir si les plus vulnérables sont plus ou moins touchés qu’auparavant.

Pour les deux-roues, motorisés ou non, difficile de ne pas se poser la question. Ce sont quand même eux qui risquent la chute en se prenant la roue dans ce trottoir de « protection » qui sépare la voie de bus du reste de la chaussée.

On assiste aussi à une lamentable « guéguerre » droite/gauche à propos de ces couloirs : « Aujourd’hui, on a presque l’impression que les élus de droite guettent le premier mort qu’il y aura dans un couloir de bus pour dire “vous voyez, on avait raison” ! », déplore, dans Le Parisien, un membre de l’antenne parisienne de l’Association des usagers de transports (AUT).
Et la gauche de camper sur ses positions : « La sécurité routière est une préoccupation constante pour nous. (…) Nos aménagements y contribuent », insiste Denis Baupin, l’adjoint chargé aux Transports, qui fait alors référence à la politique menée sur l’ensemble de la ville !

Petite touche d’espoir : la Préfecture de police signale qu’elle effectue actuellement une étude sur l’accidentologie à Paris. Espérons qu’elle sera plus complète et détaillée que celle-ci qui laisse perplexe. Nous ne manquerons pas de nous en faire écho dès sa publication.

G.A.

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?