Accueil > En attente de décision > Le « ticket resto auto et moto » déjà contesté

Le « ticket resto auto et moto » déjà contesté

vendredi 25 août 2006

Le « chèque-transport » devrait bientôt entrer en service. Thierry Breton, ministre de l’Économie, a déclaré le 24 août sur France 2 que le Premier ministre devrait « très prochainement » l’annoncer. La mesure suscite déjà beaucoup de critiques.

JPEG - 41 ko
Thierry Breton annonçait le 24 août la future mise en place du « chèque-transport », une aide aux déplacements individuels d’une trentaine d’euros par mois. Dominique de Villepin devrait officialiser cette annonce « très prochainement ».

Attendu notamment par les syndicats de salariés, le chèque-transport adopterait le système du Chèque-Déjeuner. Il devrait réduire l’impact de l’envolée des prix du pétrole sur le porte-monnaie des salariés.

La Fédération nationale des associations d’usagers de transports (Fnaut) craint un encouragement à l’utilisation de la voiture. La mesure ne permet pas de « progresser […] en matière de lutte contre la pollution, l’effet de serre ou encore de réduction de la dépendance pétrolière », estime Jean Sivardière, son président cité par Libération.

Pour des raisons différentes, le président de la Commission des finances, Pierre Méhaignerie (UMP), n’est pas plus convaincu. Il juge que le chèque-transport menace de créer des inégalités. Les petites entreprises risquant de ne pas être en mesure de financer le système.

Les compagnies pétrolières doivent (s’)investir

La Fédération française des motards en colère (FFMC) est également réservée. Elle s’est déjà plusieurs fois prononcée en faveur de mesures pour améliorer le pouvoir d’achat des propriétaires de deux-roues motorisés, et des autres usagers de la route. Elle a notamment exprimé le souhait, auprès de Thierry Breton, de participer aux réflexions sur les carburants alternatifs et sur la baisse des taxes sur le carburant. Sans suite depuis juin 2006.

La FFMC est favorable à l’amélioration du budget des consommateurs, qui comprend le carburant, et à la favorisation des transports en commun. Elle estime cependant que ce n’est ni à l’État — donc aux citoyens — ni aux employeurs d’en faire l’effort financier.

Les compagnies pétrolières n’ont jamais fait autant de bénéfices que depuis la dernière flambée du pétrole. La FFMC demande donc aux pouvoirs publics de faire pression sur elles. Le prix à la pompe doit être moins élevé et les biocarburants vraiment étudiés et développés.

G. Acerra

Soutenez la FFMC en portant ses couleurs

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?