Accueil > En attente de décision > Le taux d’alcoolémie maintenu à 0,5

Le taux d’alcoolémie maintenu à 0,5

jeudi 28 juin 2007

Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat chargé des Transports, répondant à un article paru dans le Parisien, a stipulé que le taux d’alcoolémie autorisé chez les conducteurs serait maintenu à 0,5 g/l de sang.

JPEG - 39.7 ko
Le mélange alcool/pétard, une préoccupation plutôt récente de la Sécurité routière... et qui ne concerne pas que les jeunes.

Une boulette au pays du vin
Dans l’édition du mercredi 27 juin 2007 du Parisien, Robert Namias, président du Conseil national de la sécurité routière (CNSR, voir motomag.com 20/06/07), indiquait qu’il recommandait au gouvernement d’abaisser le taux légal d’alcoolémie des conducteurs de 0,5 à 0,2 g/l de sang. Cette recommandation se fondait sur un rapport d’experts.

Le jour même sur l’antenne de RTL, Dominique Bussereau coupait court à une polémique qui aurait été inévitable au pays des grands crus. « Aujourd’hui, le seuil de 0,5 gramme paraît de bon sens. Le vrai problème, ce sont les gens qui vont très loin dans l’alcool. C’est les jeunes le samedi soir. C’est le mélange d’alcool et de cannabis », a-t-il précisé.

Préoccupations : les jeunes, l’alcool et le cannabis
Alcool et jeunes conducteurs, une problématique qui préoccupe de plus en plus les gouvernements de l’Union européenne. En Allemagne, autre pays à forte tradition éthylique, souvent avec plus de houblon et de mousse, le taux d’alcoolémie est désormais fixé à zéro pour les moins de 21 ans (voir motomag.com 18/06/07).

Pour le cannabis, produit interdit en France, Dominique Bussereau a insisté sur le fait qu’il fallait « renforcer les moyens de nos forces sur le terrain. Il faut procéder parallèlement à des contrôles salivaires pour le cannabis. » Les contrôles salivaires de détection de stupéfiants sont actuellement en expérimentation (voir motomag.com 18/06/07 et 26/06/07).

En ce qui concerne les deux produits, il a relayé l’idée d’un « autocontrôle », par le biais d’un « petit détecteur » intégré au véhicule. « Un objet peu coûteux et peu compliqué à intégrer sur les tableaux de bord, [qui] serait de la part des constructeurs une bonne initiative », selon le secrétaire d’État.

G. Acerra

À lire dans Moto Magazine :

- Notre enquête sur "Les dangers cachés des médicaments"
Rouler sous l’emprise des médicaments occasionne somnolence, perte de vigilance, hallucinations. La liste noire de 250 produits à prohiber sur la route

- Commandez en ligne notre test grandeur nature : Alcool et moto : à 0,25 g dans le sang , déjà bourré et en perte d’équilibre

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?