Accueil > En attente de décision > Le Vietnam teste les motos au GPL

Le Vietnam teste les motos au GPL

samedi 14 janvier 2006

JPEG - 60.7 ko
C’est sur la base d’hybrides scooter/moto, tels que l’on en croise sur toutes les routes d’Asie du Sud-Est, que sont développées les « motos écolos ».

Des motos « propres », fonctionnant au GPL (gaz de pétrole liquéfié), sont autorisées à circuler, à titre expérimental, dans la ville de Dà Nang au centre du Vietnam. C’est ce que nous apprend le quotidien le Courrier du Vietnam dans son édition du 10 janvier 2006. Après six mois d’essais, les quinze premiers modèles expérimentaux viennent de sortir de l’usine. Dans le même temps, la première station de recharge en gaz de la ville a été inaugurée.

Ces machines sont équipées d’une pièce de reconversion du carburant. Elle coûte 1,35 millions de dôngs, soit l’équivalent de 70 euros. Le réservoir, situé à l’arrière, peut contenir 1,5 kg de GPL. De quoi donner une autonomie de 150 km à la moto.
L’utilisation de ce système sur une moto en réduirait la pollution de 30 à 80 % !


De longues recherches pour parvenir à un résultat... propre !

C’est à un groupe de chercheurs de l’Université de Dà Nang que l’on doit l’équipement au GPL de ces motos. C’est le fruit d’une étude débutée dans les années 80 par le recteur de l’Université, Bùi Van Ga. Il effectuait alors son doctorat de mécanisme à l’École centrale de Lyon.

C’est de retour au Vietnam en 1997 qu’il s’est penché sur le sujet avec ses collègues. Partant d’un moteur disposant d’un carburateur classique, ils ont voulu l’adapter pour une utilisation au gaz.
Trois ans plus tard, ils étaient arrivés à un résultat satisfaisant. À l’époque, la moto qu’ils avaient conçu pouvait parcourir 120 km avec 1 kg de GPL, ce qui coûte 14.000 dôngs (0,72 euros). Pour la même distance, elle engloutissait 3 litres d’essence, soit 28.500 dôngs. Le double.

Depuis, l’Université s’est associée à un producteur, la Compagnie de commerce et de technique de Dà Nang (Datechno), pour perfectionner le produit. Le Centre de contrôle des techniques de sécurité a alors validé la machine produite par Datecho. Cette dernière a même reçu, fin 2004, un prix international dans le domaine de science et de technologie. Prix attribué par l’agence universitaire de la Francophonie (AUF).

Le Cambodge vient de passer commande de 10.000 kits de conversion. Cet équipement permet d’utiliser GPL et essence dans le même carburateur. Sept compagnies nationales ont signé des contrats d’achat de cette technologie.
Par ailleurs, le ministère de la Science et des Technologies a décidé d’investir 900 millions de dôngs (46.300 euros) pour l’installation d’une chaîne de production de motos et de voitures utilisant cette technologie.

Il est fort à parier que bien des motards occidentaux seraient, eux aussi, intéressés de rouler sur des motos « propres ». Ne serait-ce que pour que cesse l’assimilation de la moto à un véhicule hautement polluant... comme c’est le cas en France.
Il est surtout presque étonnant, qu’en matière d’écologie, ce soit un pays dit en voie de développement qui nous montre la marche à suivre, à nous, les pays « riches ».

G.A.

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?