Accueil > En attente de décision > Hérault : gendarmerie et caméra embarquée

Hérault : gendarmerie et caméra embarquée

mercredi 4 janvier 2006

La gendarmerie de Loire-Atlantique (44) avait inauguré récemment sa toute nouvelle moto banalisée (voir brève du 28 déc. 2005). La gendarmerie de l’Hérault (34) a passé la vitesse supérieure. Elle était déjà dotée du même type de moto banalisée, on apprend, dans le Midi Libre du 30 décembre, que celle-ci vient d’être munie d’une caméra miniature. Une initiative de Didier Gurnot, le commandant de l’Escadron départemental de sécurité routière (EDSR). Son but, filmer les contrevenants.
La caméra, fixée sur le casque du gendarme, se déclenche quand celui-ci le désire. Il dispose aussi d’un micro afin d’enregistrer oralement ce qu’il n’aurait pas pu filmer (plaque minéralogique, comportement dangereux, etc.). Le tri et le traitement de l’information se fait par la suite de manière informatique.
Le commandant de l’EDSR trouvait le rendement de la moto banalisée insuffisant sans caméra. Il considérait son fonctionnement trop lourd. La nouvelle installation viendrait y pallier. « La moto relève l’infraction et la transmet à une patrouille en tenue qui intercepte la personne en faute (ancienne méthode). Là, le gendarme enverra directement la contravention, c’est plus économique et plus efficace », détaille-t-il.

Des points positifs, d’autres... inquiétants

L’aspect le plus positif de cette installation est l’utilisation des images dans un but pédagogique. « L’idée, c’est aussi d’utiliser les images dans les écoles, lors des opérations de Sécurité routière. La preuve par l’image est marquante », affirme Didier Gurnot. Soit.
On peut cependant s’inquiéter de l’état d’esprit qui, visiblement, guide le test (car c’en est un pour le moment) de d’utilisation de cette nouvelle stratégie. « Quand les gens voient les uniformes, ils sont plus prudents. Cette nouveauté va permettre d’éviter les appels de phares... », souligne avec regret le commandant. Le fait que les usagers de la route deviennent plus prudents à la vue de la maréchaussée n’est pourtant pas regrettable. S’ils ne le sont que durant quelques kilomètres, ce n’est certes pas suffisant, mais c’est déjà ça de gagné. Avec la moto banalisée à caméra embarquée, plus d’effet dissuasif. Mais à coup sûr les « fauteurs de troubles » seront verbalisés. Que peut-on en déduire, si ce n’est la volonté d’accumuler les verbalisations dans le but de « faire du chiffre » ? En ce sens, la pédagogie et la prévention sont donc totalement mises de côté.

De plus, les motards peuvent être plus inquiets que les autres usagers de la route. Ce sont eux qui sont principalement visés : « Nous voulons lutter contre l’état d’esprit de certains qui disent « motard égale victime », car pour la moitié des accidents mortels les concernant, les motards sont responsables », affirme avec aplomb le même commandant. Une affirmation qui tient du parti pris et qui va à l’encontre du resultat de bien des études sérieuses effectuées sur le sujet. Le rapport MAIDS en tête.
Encore un point de gagné pour la répression et autant de perdu pour la prévention.

G.A.

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?