Accueil > En attente de décision > Flicage automatisé des routes… Des nouvelles du pays

Flicage automatisé des routes… Des nouvelles du pays

mercredi 13 septembre 2006

Le gouvernement vient de promettre 500 radars de plus pour 2007. Ce, par rapport aux 1500 prévus pour la fin 2006, dont 1100 sont déjà en fonction. Méfiance de rigueur, car les nouveaux appareils seront beaucoup moins repérables.

Sagem, un des principaux fournisseurs du gouvernement, propose toute une gamme de ces nouveaux équipements. Du matériel ultra compact de contrôle de vitesse, comme le Mesta 2000 qui ressemble à un gros parcmètre et serait doté d’une définition d’image exceptionnelle de jour comme de nuit. Une version encore plus compacte, le 2200, pourrait même se « fondre dans n’importe quel paysage ». Portiques de panneaux indicateurs, piles de pont, entrées ou murs latéraux de tunnels, toutes les planques sont désormais envisageables. Un plus petit encore (référence 3000 FFR) est même prévu pour contrôler les franchissements de feux rouges.

JPEG - 26 ko
Sagem Défense Sécurité propose un éventail étendu de systèmes de contrôle et de répression. Ici les jumelles Eurolaser dernier cri.

Un marché qui ne rapporte pas qu’à l’Etat

Selon le quotidien Le Parisien (08/09/2006), tant Sagem que les pouvoirs publics se refusent à toute information quant aux quantités commandées, au prix d’achat de ces appareils, et à la date précise où ils seront mis en activité.

Un enquêteur de Moto Magazine s’est invité au très confidentiel Salon 2006 de l’équipement de police. Si l’on se fie aux tarifs avoués par certains concurrents de Sagem, chaque radar acheté est facturé à l’Etat, donc au contribuable, entre 4.000 et 9.000 €, sinon plus. En comptant donc une moyenne d’environ 6.500 € par machine infernale, et en multipliant ce chiffre par 500 installations, on obtient pour les prévisions 2007 un coût possible de 3.250.000€. Hors frais annexes, bien entendu. Comme quoi, même si les radars « rapportent », pour « amortir » des dépenses aussi lourdes et réaliser des bénéfices au plus vite, l’Etat a donc tout intérêt à plus miser sur la répression que sur la prévention.

Pascal Girardin

- À lire aussi dans Moto Magazine n° 230 de septembre 2006, pages 68 à 71, Le business de la répression et toute sa Panoplie.

- Voir aussi en ligne notre rubrique "radar"

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?