Accueil > En attente de décision > Eclaircissement sur le décès d’Eric Aubijoux sur le Dakar

Eclaircissement sur le décès d’Eric Aubijoux sur le Dakar

lundi 29 janvier 2007

JPEG - 29.6 ko
Eric Aubijoux était un pilote expérimenté sur le Dakar. Il est dommage que sa disparition n’ait pas été suivie d’un communiqué clair de la direction de course, qui a eu en mains le rapport de la gendarmerie sénégalaise. (photo d’archives).

Les plus folles rumeurs se sont répandues sur internet, suite au décès d’Eric Aubijoux lors de la dernière étape du Dakar.

Le premier communiqué de l’organisation déclarait qu’Eric était décédé suite à un malaise, pour ensuite démentir (très discrètement) cette version sur son site. Nous avons retrouvé le concurrent motard, le Dr Feuillade, médecin urgentiste, qui est membre fondateur de l’association A.M.I.S. et qui est arrivé quelques minutes après l’accident. Il nous a livré le témoignage suivant :

« J’ai doublé Eric sur la fin de la liaison nous menant au Méridien de Dakar. Dans les embouteillages, nous avons roulé ensemble en compagnie de 5 ou 6 motards jusqu’au Km 207. Un ravitaillement moto était prévu à ce kilométrage par l’organisation. Je me suis arrêté pour faire le plein, Eric a été le seul à continuer. J’ai rapidement ravitaillé et été le premier à reprendre la route.

Quelques kilomètres plus loin, toujours sur la route de la liaison, un attroupement sur le côté droit de la double voie ralentissait le trafic. En passant a proximité, j’ai vu qu’il s’agissait d’un motard du rallye. Il était allongé sur son coté droit en PLS (position lattérale de sécurité), la moto était à deux mètres de lui, rangée sur le coté et béquillée. Aucun autre concurrent, ni membre de l’organisation n’était présent à mon arrivée. Il n’était entouré que d’un très grand nombre de locaux, deux policiers faisaient la circulation.

Je me suis rapidement arrêté à ses cotés, Eric ne répondait déjà plus aux ordres simples mais respirait toujours. J’ai rapidement donné l’alerte par Irritrak (radio), puis je suis retourné au chevet d’Eric. Devant la constatation d’une aggravation de son état clinique, avec un pouls imprenable et une respiration de plus en plus irrégulière, j’ai pris le décision de commencer le bouche à bouche et le massage cardiaque après avoir enlevé dans l’axe son casque et défait partiellement sa protection thoracique. Dans l’intervalle de temps, le N°213 s’était arrêté et m’a aidé dans cette réanimation. Malheureusement, au bout d’un ¼ d’heure de massage et de bouche a bouche, nous avons dû constater le décès d’Eric. Le casque ne présentait pas de gros impact, je n’ai pas constaté d’extériorisation de sang au niveau du visage, la moto ne semblait pas détruite. Les locaux interrogés m’ont dit qu’Eric était tombé seul. J’ai alors évoqué la possibilité d’un malaise devant l’état apparent du casque, de la moto et le témoignage des locaux. »

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?