Accueil > En attente de décision > Délinquants routiers chroniques : la FFMC 44 s’insurge

Délinquants routiers chroniques : la FFMC 44 s’insurge

jeudi 8 décembre 2005

Le samedi 29 octobre dernier, David, motard de 32 ans, a été tué par un automobiliste inconséquent et surtout multirécidiviste de la conduite sans permis. Ce dernier, âgé de 24 ans, a déjà été condamné 19 fois en 4 ans pour ce même délit.

Alors qu’il rentrait de son travail aux alentours de 20h30, le motard s’est vu couper la route par une voiture. Selon des témoins, la moto roulait à allure modérée et feux allumés, or le conducteur fautif affirme ne pas l’avoir vue. Celui-ci a par ailleurs reconnu avoir fumé du cannabis la veille des faits (source Ouest France). Il a été écroué pour homicide involontaire aggravé.

Cet événement amène les amis de David, épaulés par la FFMC 44, à organiser une manifestation de soutien à sa femme et à ses deux filles, le samedi 10 décembre 2005.
Ils appellent tous ceux qui le souhaitent à se joindre à eux. Le rassemblement se fera rue de Jemmapes (Champs de Mars) à Nantes, à 14h00.

Pour l’antenne locale de la FFMC, cette action a plusieurs sens et va plus loin que le « simple » soutien à une famille en deuil. Elle tient à soulever quelques problèmes récurrents et interpeller les pouvoirs publics à propos de ceux-ci.

Il est en effet inadmissible que, alors que la plupart des usagers de la route qui commettent une infraction ponctuelle se voient sanctionnés sévèrement, d’autres arrivent à cumuler autant d’infractions graves et puissent, par la suite, se retrouver derrière un volant ou un guidon.
On se retrouve dans ce cas de figure avec des délinquants chroniques sur les routes.

Plus qu’un problème de sécurité routière, cela devient un problème de société. On peut effectivement se demander si l’inaccessibilité croissante du permis de conduire (ne serait-ce que de par son coût) n’engendre pas ce genre de comportements. Qui plus est chez des personnes peu aisées et susceptibles de se trouver en marge de notre société.
La FFMC peut, et c’est aussi son rôle, proposer des alternatives, mais elle n’a bien sûr pas la possibilité de statuer sur celles-ci. C’est au gouvernement et à la justice qu’incombe cette tâche.

La FFMC 44 demande ensuite que les pouvoirs publics communiquent mieux auprès de nos concitoyens à propos de la vulnérabilité des deux-roues motorisés. Près de 3/4 des motards tués le sont de la faute d’un autre usager. À ce propos, si l’on veut que cette demande soit prise en compte, beaucoup de nos dirigeants devraient consulter le rapport MAIDS.

Enfin, la FFMC Loire Atlantique souhaite déposer auprès de la préfecture une demande pour que la communication gouvernementale concernant les motards change.
On ne peut que déplorer à quel point le manque de formation est conséquent lors de l’apprentissage à la conduite. Le sujet du partage de la route et la prise en compte des autres types de véhicules, notamment les plus fragiles, ne fait l’objet que d’un survol rapide.
De ce côté, la Sécurité routière française a beaucoup à apprendre de son homologue belge (voir Moto Magazine n°223), que ce soit en terme de formation que de prévention.

G.A.

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?