Accueil > En attente de décision > Cannabis : les tests salivaires ne seraient pas fiables

Cannabis : les tests salivaires ne seraient pas fiables

mardi 26 juin 2007

Le 18 juin 2007, Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, lançait l’expérimentation d’une nouvelle méthode de dépistage des drogues, basée sur des tests salivaires, chez les conducteurs. Ces derniers ne seraient pas suffisamment fiables pour le cannabis.

JPEG - 36.6 ko
Les tests salivaires doivent rendre le dépisage de stupéfiants plus simple et plus rapide qu’actuellement. Le test dédié à la recherche de THC (substance active du cannabis) ne semble pas fiable.

Globalement pas fiable
Rosita (Roadside Testing Assessment), programme européen, a déjà effectué des études sur les tests salivaires qui seront en expérimentation en France durant l’été 2007 (voir motomag.com 18/06/07). Cocaïne, amphétamines, ecstasy et opiacés sont dépistés de manière satisfaisante, pas le cannabis.

Les tests « ne sont globalement pas fiables, puisque seulement 46 % d’entre eux sont capables de détecter le THC* présent dans les urines et dans le sang », remarque Alain Verstraete, professeur à l’université de Gand (Belgique) et responsable de Rosita.

Pas si simple, la méthode
Pour M Verstraete, deux causes à cet échec : la difficulté de détecter les doses réduites de THC et le manque de qualification des membres des forces de l’ordre. Selon le professeur, ces derniers devraient suivre une formation spécifique pour utiliser correctement les tests salivaires.

En France, en 2005, plus de 230 personnes sont mortes dans des accidents impliquant des conducteurs contrôlés positifs aux stupéfiants. Le cannabis étant le plus consommé d’entre eux, un test simple et fiable pour le détecter se fait attendre.

« L’enjeu de santé et de sécurité publiques est tel que des progrès sont attendus avec impatience, même s’il a fallu plusieurs années pour détecter les autres drogues », précise Patrick Murat, président de la Société française de toxicologie analytique. Il craint que les conducteurs, « connaissant le manque de fiabilité des tests salivaires », ne se sentent pas inquiétés.

G.A.

(source Le Monde)

- Le site de Rosita (en anglais)

Voir aussi :

- Voir notre enquête sur "Les dangers cachés des médicaments"
Rouler sous l’emprise des médicaments occasionne somnolence, perte de vigilance, hallucinations. La liste noire de 250 produits à prohiber sur la route

- Commandez en ligne notre test grandeur nature : Alcool et moto : à 0,25 g dans le sang , déjà bourré et en perte d’équilibre

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?