Accueil > En attente de décision > Autoroutes : limitation variable de la vitesse

Autoroutes : limitation variable de la vitesse

vendredi 18 août 2006

Dominique Perben annonçait, jeudi 17 août 2006, l’extension des limitations variables de vitesse sur autoroute. Selon le ministre des Transports, cet outil, expérimenté depuis 2004 sur l’A7, aurait permis de réduire les encombrements de 40 % et les accidents de 20 %. Trois nouveaux tronçons autoroutiers devraient en bénéficier début 2007.

Ce système est utilisé depuis des années sur les voies rapides anglaises. De notre côté de la Manche, il va être étendu à l’A9 près de Montpellier et à l’A10 en deux endroits : au nord de Bordeaux et entre Tours et Orléans. Il pourrait de même être adapté aux voies périphériques et rocades des grandes villes, comme à certains tunnels.

La régulation variable de la vitesse consiste en sa réduction selon l’état du trafic et de la météo. Les mesures de densité de circulation, comme de baisse de luminosité en cas d’intempérie, se font l’aide de capteurs sur la chaussée. Les prévisions de Météo France sont aussi prises en considération. Selon les cas, la vitesse passe de 130 à 110, 90, voire 70 km/h. Elle est indiquée par les panneaux lumineux surplombant l’autoroute tous les 10 km et par Radio Trafic FM. Le système est aussi utilisé en cas de pic de pollution.

Notons que cette vitesse régulée affichée vient finalement appuyer et compléter, en temps réel, certaines règles du Code de la route. En effet, 110 km/h est la vitesse à adopter par temps pluvieux, et 50 km/h en cas de brouillard. Par ailleurs, le Code stipule que la vitesse doit être adaptée aux conditions de circulation. Les limitations à 90 et 70 km/h viennent le rappeler à ceux qui l’oublient.

Avec ce système, il serait logiquement tentant de penser que sur autoroutes — les voies les plus sures du réseau routier — la limitation à 130 pourrait être légalement dépassée si les conditions le permettaient. Bonne ou mauvaise idée, elle ne semble pas à l’ordre du jour.

G. Acerra

Vidéo : La sécurité routière ne passe pas par les radars mais par une meilleure formation au permis.

Flash Video - 1.6 Mo
Jacques Compagne (Constructeurs Européens)
La vitesse n’est pas la cause principale des accidents.



Entretien avec Jacques Compagne (Association des constructeurs européens de motocycles) qui commente le rapport MAIDS
(rapport d’étude sur l’origine des accidents motos - 2004)


La vitesse n’est pas la cause majeure des accidents. Dans 60 % des cas, les motards ne sont pas responsables lors d’un sinistre.

Cliquez sur l’image pour lancer la vidéo

Voir aussi : Bientôt la circulation alternée pour les motos

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?