Accueil > En attente de décision > Auto et moto, la route se partage au Québec

Auto et moto, la route se partage au Québec

vendredi 25 août 2006

À propos de sécurité routière, la manière de communiquer du gouvernement québécois laisse rêveur. « Automobilistes et motocyclistes… La route, ça se partage ! » est l’intitulé d’un communiqué, en date du 4 juillet dernier. Non moralisateur et didactique, il est le reflet d’une réelle sensibilisation.

Le contenu du communiqué reprend des conseils de la SAAQ (Société de l’assurance automobile du Québec). Il donne quelques indications aux automobilistes et motards pour une cohabitation sereine, en toute sécurité. Il commence par rappeler que « les motards sont des usagers de la route vulnérables parce qu’ils ont peu de protection et qu’ils sont parfois difficiles à voir ».
Notons tout de même que si la SAAQ donne des conseils éclairés, elle a aussi annoncé récemment une augmentation fulgurante des primes d’assurance moto.

Si les recommandations données sont simplement basées sur le bon sens, elles ne sont pas inutiles. Quelques exemples.

Aux automobilistes :

- Une grande prudence est conseillée aux intersections. Car près de 40 % des accidents mortels qui impliquent une voiture et une moto surviennent lorsqu’un automobiliste coupe le passage à un motard. Il est souligné que, dans ce cas, l’automobiliste pense avoir le temps de passer ou ne voit pas la moto.

- Apprendre à décoder les mouvements de la moto. Les motards se tiennent généralement à gauche pour être plus visibles ; ils ne veulent pas nécessairement tourner.

- Respecter la voie d’un motard, car il en a besoin pour circuler en sécurité.

- Garder une distance sécuritaire avec la moto qui est devant. Au moment d’un dépassement, s’assurer de ne pas empiéter sur sa voie et se rabattre loin devant lui.

Aux motards :

- Etre visibles en portant des vêtements de couleur vive ou munis de bandes réfléchissantes.

- Etre en alerte aux intersections. L’automobiliste qui tourne à gauche ou qui traverse l’intersection n’a peut-être pas vu la moto.

- Respecter les limites de vitesse et ne pas effectuer de dépassements successifs en zigzag.

Si la sensibilisation ne doit pas se contenter de mots, elle commence avant tout par ceux-ci. Bien sûr les sanctions existent au Québec, mais la communication sur un partage de la route harmonieux et responsable semble primer. Surtout, elle est simple et réaliste, sans être infantilisante. Et si en effet la vitesse est abordée, elle ne fait pas l’objet d’une obsession.

G. Acerra

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?