Accueil > En attente de décision > Accidentologie moto, la FFMC en attente de concertation

Accidentologie moto, la FFMC en attente de concertation

jeudi 25 janvier 2007

La FFMC se réjouit que le partage de la route, sa thématique de prédilection, soit « reprise au plus haut niveau ». Mi-janvier, Dominique Perben reprenait à son compte la notion de partage, véhiculée par fédération depuis les années 1980. La situation des motards étant à l’ordre du moment, la FFMC insiste sur la nécessité de la concertation.

Depuis les années 1980, la FFMC a été initiatrice de campagnes de prévention. En témoignent ses slogans, tel « pour être respecté, respectons les autres » ou « auto, moto : on s’engage, on partage ».

« Chacun doit respecter les règles de prudence : les automobilistes doivent veiller à la sécurité des plus fragiles, notamment des piétons », déclarait le ministre des Transports dans le cadre du lancement du dispositif « partage de la rue ». Il reprend ainsi la thématique du partage, chère à la FFMC. Ce dont elle se réjouit.

JPEG - 48.2 ko
Dominique Perben appelle à un réel partage de la route. La FFMC s’en réjouit, mais elle souligne l’importance de la concertation en matière de politique de sécurité routière.

Essai à transformer
L’association constate cependant qu’en matière d’action, « au-delà de la campagne de communication sur le respect des vitesses en ville, il s’agit pour l’essentiel de renforcer les sanctions ». Une politique essentiellement basée sur « la pensée unique du radar », qui semble pourtant atteindre ses limites. Notamment en ce qui concerne les usagers fragiles et les accidents urbains.

La FFMC se félicite de la baisse de 13 %* du nombre de tués à moto en 2006. Pour pérenniser cette tendance, il est indispensable que le gouvernement engage une concertation avec les motards.

Prochainement, la FFMC rencontrera Cécile Petit, déléguée interministérielle à la Sécurité routière. « Elle connaît notre action. Mais nous lui présenterons, nous-mêmes, nos propositions pour améliorer la sécurité routière en général, celle des motards en particulier. Nous attirerons son attention sur le fait que la FFMC est un interlocuteur privilégié », précise Frédéric Brozdziak, membre du bureau national de la FFMC.

Espérons qu’elle sera plus conciliante, plus ouverte que Rémy Heitz, son très « motophobe » prédécesseur.

G. Acerra

(*) Ces données sont provisoires, le bilan définitif de l’accidentologie routière 2006 sera connu au printemps 2007. Reste que cette baisse est historique, d’autant qu’elle intervient dans un contexte de hausse du nombre de pratiquants.

Sur le Web :

- Soutenez la FFMC en portant ses couleurs

- Le site de la FFMC

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?