Accueil > En attente de décision > 11 journées pour s’entraîner sur circuit

11 journées pour s’entraîner sur circuit

mercredi 17 mai 2006

La FFM et le délégué interministériel à la Sécurité routière ont inauguré, le 12 mai, l’opération Portes ouvertes sur les circuits 2006. Onze journées durant lesquelles 8 circuits seront accessibles contre 15 €… C’est bien, mais encore timide.

JPEG - 24.8 ko
Entre Jean-Pierre Mougin, président de la FFM (à gauche), et Rémy Heitz, délégué interministériel à la sécurité routière, l’entente est cordiale. Mais les deux ministères ne consacrent que 90 000 € à cette opération.

« L’apprentissage sur circuit permet de canaliser l’énergie et la passion des motards responsables. Le plaisir, c’est ce qui fait votre spécificité et je la respecte car, par ailleurs, nous allons nous montrer toujours plus exigeants ». Ces propos sont de Rémy Heitz, le délégué interministériel à la Sécurité routière. Lui qui, au Mondial du 2-Roues en octobre 2005, accusait les motards de ne pas respecter les règles, infléchit son discours. C’est tant mieux.

Les portes s’entrouvrent

Des propos tenus lors du lancement de l’opération Portes ouvertes sur les circuits par la Fédération française de moto (FFM), avec le soutien des ministères des Transports et de la Jeunesse et des Sports, le 12 mai dernier. Durant 11 journées, les motards auront accès à la piste, sur 8 circuits, contre 15 €. Ils découvriront la piste avec le conseil d’éducateurs diplômés d’Etat. Toutes les motos sont acceptées. Échappement homologué route, assurance, casque intégral, gants, bottes et tenue de cuir indispensables.

JPEG - 41.8 ko
Avant de s’élancer, comme ici à Carole le 12 mai, les pilotes écoutent les conseils d’un instructeur, qui ensuite corrigera leurs défauts.

L’idée se répand, donc, que la maîtrise de sa moto sur piste permet d’acquérir des connaissances avec moins de risque que sur route. On s’y fait aussi plaisir, en espérant que de retour sur le bitume ouvert à tous, on aura satisfait sa soif de sensations fortes pour se comporter calmement.

Dans le discours de Rémy Heitz apparaît la notion de plaisir de rouler à moto. Bien. Il évolue, poussé par le ministre des Transports, Dominique Perben, qui s’est prononcé en ce sens il y a quelques mois. Les motards ne doivent pas pour autant s’attendre à une grande ouverture. « Les 300 radars installés d’ici à l’été 2006 flasheront tous la plaque arrière des véhicules », s’est empressé d’ajouter le « procureur ».
Et puis ce pas vers la moto demeure petit et timide : chaque ministère n’a alloué que 45 000 € à cette opération. 90 000 € pour la sécurité des motards, c’est bien peu comparé aux millions rapportés par les radars automatiques…

Nicolas Grumel


Voir en ligne : Dates, circuits et contacts pour participer à ces journées (site FFM)

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?